Liban: le Musée national de Beyrouth lance son application mobile

Le Musée national de Beyrouth désormais sur tablettes et téléphones mobiles. Peripitus/CC/Wikimedia commons

Le Musée national de Beyrouth désormais sur tablettes et téléphones mobiles. Peripitus/CC/Wikimedia commons

 

Par RFI

LIBAN | CULTURE | NOUVELLES TECHNOLOGIES

Publié le 08-09-2014 Modifié le 08-09-2014 à 13:13

Au Liban, le Musée national de Beyrouth, considéré comme l’un des plus riches du Moyen-Orient, vient de lancer la première application mobile. Elle est dédiée à la mise en valeur de son patrimoine.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Cette application, gratuite pour téléphones mobiles et tablettes, propose un parcours libre et autonome, émaillé de documentaires vidéo et d’explications audio sur 130 objets exposés au Musée national de Beyrouth. Elle offre une présentation détaillée de l’histoire du site, des informations historiques mais aussi pratiques comme les horaires d’ouverture, les agendas des expositions permanentes et temporaires. Il s’agit d’un projet inédit dans un musée du Proche et Moyen-Orient.

Projet inédit

L’utilisateur peut parcourir l’histoire du musée depuis sa fondation, découvrir les objets par ordre chronologique, par type de matériau ou selon leur emplacement au musée et visualiser les photos de ces objets. Le but n’est pas de mettre en ligne les milliers de pièces exposées, mais seulement une sélection d’œuvres phare, comme les sarcophages anthropoïdes phéniciens, et d’autres trésors du premier millénaire. Au musée même, le visiteur, qui aura auparavant téléchargé l’application pourra, à partir de son téléphone mobile, de sa tablette ou d’un des iPads disponibles sur le site, scanner les QR codes apposés sur une cinquantaine d’objets et écouter les explications en arabe, en français ou en anglais.

Genèse et objectifs du projet

Ce projet a pu être réalisé grâce à un couple de mécènes libanais émigrés, Antoine et Samia Meguerdiche, en coopération avec le ministère libanais de la Culture. Le but est de faire découvrir, en premier lieu, aux millions de Libanais de la diaspora, l’histoire de leur pays d’origine, mais aussi de sensibiliser les Libanais résidants à leur patrimoine, si souvent méconnu et négligé. Il s’agit de permettre, à chaque personne qui le souhaite, au Liban ou à l’étranger, de visualiser les trésors du Musée national de Beyrouth et d’avoir envie de le visiter et d’en savoir plus. L’application sera progressivement mise à jour et développée de manière à inclure le sous-sol du musée, qui sera ouvert au public une fois les travaux de réhabilitation terminés, en 2015.

L’impact de la guerre civile sur le Musée

Les travaux de réhabilitation se poursuivent près d’un quart de siècle après la fin de la guerre civile. Le Musée national de Beyrouth, qui était situé sur l’ancienne ligne de démarcation, qui coupait Beyrouth en deux, a subi de graves dégâts lors des combats. Mais l’imposante bâtisse de style colonial, dont la construction s’est achevée en 1937, a été relativement épargnée. Ses façades ont été criblées de balles et d’éclats d’obus et quelques salles ont été plus gravement touchées. Dès le début de la guerre, en 1975, le site a été fermé et la plupart des objets ont été transportés pour être protégés. Mais certaines sculptures, bas-reliefs et mosaïques, des époques hellénique, romaine et byzantine, trop lourds à transporter, ont été coulés sur place dans des chapes de béton, pour les mettre à l’abri des bombardements. Les miliciens qui s’entretuaient à l’extérieur ne se doutaient pas de l’existence de cet inestimable trésor tout près d’eux.

Une priorité nationale

Après la fin de la guerre, la réhabilitation du Musée national de Beyrouth est devenue une priorité nationale. D’importants fonds, publics et privés, ou provenant d’organismes internationaux, y ont été alloués. Un vaste programme de restauration des pièces archéologiques, sculptures, fresques et peintures, ainsi que des travaux de réhabilitation du bâtiment ont été accomplis. Certains chantiers sont toujours en cours. Le plus grand défi à relever a été la restauration des pièces exposées à une forte humidité pendant plus de 15 ans. Des archéologues et des experts du monde entier ont été mis à contribution et le résultat est impressionnant.

Pour en savoir plus:

-L’application pour téléphones mobiles et tablettes est disponible gratuitement sur l’Apple Store (IOS) sous le nom de Beirut Museum et sur Play Store (Android) sous le nom de National Museum of Beirut.

Source : RFI