Trois concertos de Bechara el-Khoury disponibles chez Naxos

Non classé

CD Bechara El Khoury Naxos05/07/2014

Le compositeur libanais Bechara el-Khoury, dont les créations font régulièrement la une de la presse musicale européenne, revient avec une actualité discographique totalement inédite : la sortie de trois de ses grands concertos pour violon, cor et clarinette.

Cinquième enregistrement de Bechara el-Khoury paru sous le label Naxos, ce disque a la particularité de regrouper trois concertos inédits, dont deux pour instruments à vent, ce qui est déjà assez rare en soi. Le concerto n°1, pour violon, opus 62, Aux frontières de nulle part, dans l’interprétation de la célèbre violoniste Sarah Nemtanu, accompagnée par l’Orchestre national de France sous la direction de Kurt Masur, fait de nombreuses allusions au compositeur viennois du début du XXe siècle Alban Berg, dont Bechara el-Khoury est très féru. Ce concerto, dont certains passages arrachent les larmes et qui est d’une grande difficulté technique, contient en son deuxième mouvement une redoutable cadence qui exige du soliste une virtuosité extrême.
La littérature musicale ne pullule pas de concertos pour cor. On connaît surtout ceux de Joseph Haydn, Wolfgang Amadeus Mozart ou Richard Strauss et c’est probablement dans la veine de ce dernier que se situe le puissant concerto pour cor opus 74, The Dark Mountain, de Bechara el-Khoury. Cette pièce, décrite par le compositeur comme une «montagne dans la nuit, qui essaye d’atteindre le ciel », est magistralement interprétée par David Guerrier et l’Orchestre national de France, tous placés sous la direction de Jean-Claude
Casadesus.
Enfin, le concerto pour clarinette opus 78, Autumn Pictures, écrit pour le virtuose de la clarinette Patrick Messina et créé par lui au théâtre du Chatelet à Paris. Ce musicien qui allie sensibilité et virtuosité est accompagné par l’Orchestre de chambre de Paris dirigé par le maestro estonien Olari Elts. Bechara el-Khoury dit que ce concerto le renvoie vers des «impressions et des souvenirs où des couleurs poétiques se mélangent puis disparaissent, tel un nuage d’automne».
Ces trois pièces majeures, joyaux du patrimoine musical libanais, interprétées par la fine fleur des musiciens français actuels, sont à découvrir absolument. Le disque n’est pas encore disponible au Liban, mais il peut être commandé en ligne sur le site du label Naxos (www.naxos.com).

Zeina Saleh Kayali

Source : L’Orient le Jour