Le Liban n’est pas une épicerie: l’ONG ‘Sakker el Dekkene’ s’engage dans la lutte contre la corruption

Non classé

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences – Le 16 mai 2014 à 09h44

sakker-el-dekkene-Une

Un permis de conduire gratuit ? Un Baccalauréat obtenu sans effort ? Un permis de construction inconditionnel ? Des voix électorales en vrac ? Wasta ? ‘Dekkenet el Balad’ propose des offres spéciales sur un bon nombre de produits dans sa nouvelle filiale à Gemmayzeh.

Une drôle d’épicerie a été inaugurée le 15 mai à Gemmayzeh en présence de médias, de blogueurs, de partisans concernés et citoyens curieux. L’événement a été organisé par ‘Sakker el Dekkene’, une ONG ambitieuse et engagée à promouvoir l’intégrité et la bonne gouvernance. Ce magasin insolite, construit de manière à représenter le pays comme une ‘Dekkené’, est accessible au public pendant deux jours, fournissant des ‘services de corruption’ uniques dans leur genre.

Le film de la Dekkené présenté lors du lancement est un témoignage réaliste et poignant de notre expérience quotidienne en matière de corruption. Le film vient d’être lancé sur YouTube et diverses plateformes de médias sociaux, en vue de mobiliser le support et promouvoir les outils de l’ONG.

sakker-el-dekkene-1« Nous participons à la corruption tous les jours, nous la rationalisons et la rendons acceptable en oubliant que nous pouvons la combattre et même la vaincre », a commenté Abdo Medlej, Président de ‘Sakker el Dekkene’. « Ce que nous estimons être une petite action pour faciliter une transaction par un pot-de-vin, le favoritisme et autre formes de corruption, nourrit en fait une structure qui finira par nous faire perdre nos droits. Nous ne réalisons pas que la corruption limite notre accès à l’information et à l’esprit critique, et plonge le pays dans l’inefficacité économique et politique» a ajouté Abdo Medlej.
Selon Transparency International, le Liban, classé 127ème parmi 176 pays à l’échelle de corruption, est l’un des cinquante pays les plus corrompus au monde.

La corruption au Liban n’a cessé de croitre depuis 1990, et ses effets ont été amplifiés par la guerre civile; de ce fait, elle a non seulement atteint les politiciens et hauts fonctionnaires, mais a également envahi des institutions gouvernementales ainsi que les petites administrations. Par ailleurs, la corruption s’est accentuée lors de la dégradation de la situation économique pour devenir un fait acceptable et justifiable. Nous vivons tous dans une ‘Dekkené’ prospère, ayant une large clientèle, une marchandise diversifiée et intéressante, et des succursales dans tout le pays. Le chiffre d’affaires brut de la ‘Dekkené’ a dépassé 1,5 milliards de dollars cette année, soit l’équivalent de 10% de notre PIB. Cela signifie qu’un dixième du revenu de chaque personne est drainé par le virus de la corruption. L’initiative Sakker el Dekkene propose un antidote qui tient l’administration publique responsable dumanque d’intégrité et fait pression sur les politiciens pour adopter un changement et lutter contre la corruption.

‘Sakker el Dekkene’ s’appuie sur une approche multidisciplinaire,soutenue par plusieurs outils en commençant par la collecte de données liées à la corruption par le biais de son site Web www.sakkera.com, l’application mobile (iOS et Android), les boites de plaintes, et une ligne téléphonique (76 80 80 80) permettant de signaler et quantifier les cas de corruption provenant de l’administration publique. Le portail rassemble donc les incidents signalés par les citoyens (pots-de-vin, abus de pouvoir, vols, etc.) et les organise afin de mettre en évidence les tendances de la corruption, sensibiliser, mobiliser les citoyens à œuvrer pour le changement, déclencher un débat public, faire pression sur les politiciens et stimuler la demande pour créer une véritable réforme.

Une voiture de livraison appartenant àla ‘Dekkené’ circulera en ville et s’arrêtera courageusement devant les administrations les plus corrompues pour recueillir les rapports concernant les pots-de-vin. Des enquêtes et du journalisme d’investigation seront lancés en parallèle. Des programmes de formation d’intégrité pour divers publics sont en cours de préparation, et d’autres projets impliquant le secteur privé sont en cours de réalisation. Le plaidoyer pour une réforme législative est également au programme afin de fermer définitivement l’atelier de la ‘Dekkené’.

« Nous sommes bien plus qu’une simple ONG », affirme Medlej. « Notre initiative sera différente, courageuse et orientée vers des résultats concrets, conduisant la corruption à la faillite », explique-t-il.
Dans l’ensemble, ‘Sakker el Dekkene’ appartient à chaque citoyen concerné. Vous pouvez aider à lutter contre la corruption en révélant les pots-de-vin, en partageant vos histoires sur nos plateformes, et en lisant les histoires des autres, ou aussi en faisant un don, et en devenant membre ou ambassadeur de ‘Sakker el Dekkene’.

Source : iLoubnan