Des lycéens hissent le Liban sur le podium d’une compétition internationale de robotique

L’équipe libanaise Fast and Curious au complet. Photos Charbel Najjar

L’équipe libanaise Fast and Curious au complet. Photos Charbel Najjar

Nour Braïdy, 05/05/2014

Ils n’ont pas 17 ans, et ils ont hissé le Liban sur la deuxième marche du podium d’une compétition internationale de robotique.

L’équipe libanaise « Fast and Curious » de la « Cedars Cultural School » de Kabrechmoun, dans le région de Aley, s’est illustrée dans le cadre de la First Lego League (FLL). Cette compétition internationale ouverte pour les jeunes de 9 à 16 ans est née d’une collaboration entre First (For Inspiration and Recognition of Science and Technology), une association dont le but est d’encourager les étudiants à devenir des ingénieurs, et Lego, la marque de jouets mondialement connue.

Les derniers réglages.

Les derniers réglages.

Une compétition soutenue par la NASA et qui s’est ouverte le 23 avril à Saint Louis, aux États-Unis, sur un mot de Barack Obama. « C’est la créativité et le talent de jeunes comme vous qui me donnent confiance en des jours meilleurs… Que le meilleur robot gagne ! » a lancé le président américain dans une vidéo projetée devant les 80 équipes venues de 42 pays différents.

L’équipe libanaise, formée de sept collégiens et lycéens de 12 à 16 ans et encadrée par Charbel Najjar, certifié entraîneur de robotique par l’université américaine Carnegie Melon, faisait partie de la grande fête, avec un robot construit en trois mois. « C’est un robot rapide, solide et équipé de deux détecteurs de lumière et de deux détecteurs d’objets qui l’aident à reconnaitre son environnement », explique l’entraîneur à L’Orient-Le Jour.

L’équipe libanaise Fast and Curious et son robot dans le cadre de la First Lego League à Saint Louis, aux États-Unis.

L’équipe libanaise Fast and Curious et son robot dans le cadre de la First Lego League à Saint Louis, aux États-Unis.

Pour pouvoir participer à la compétition internationale, l’équipe a d’abord remporté la compétition nationale organisée par la FLL le 8 mars dernier à l’AUB et qui opposait 42 écoles libanaises. Déclarés champions du Liban, les écoliers se sont rendus à Doha pour participer à la compétition régionale opposant 43 équipes de neuf pays différents. Là aussi, ils ont remporté la compétition.
« L’objectif de notre équipe était de participer à la compétition internationale aux États-Unis. C’était le rêve de chacun de nous, et nous avons travaillé dur pour le concrétiser », confie Sally Maddah, 16 ans, membre de l’équipe Fast and Curious. À Saint Louis, la lycéenne était fière de représenter le Liban. J’ai ressenti « un mélange d’excitation et d’enthousiasme, et énormément de bonheur », explique-t-elle à L’Orient-Le Jour. Pour elle, « le fait que le Liban, un petit pays, peu connu, soit en compétition avec des pays technologiquement avancés comme la Chine, les États-Unis, la Russie ou le Japon est époustouflant ! » « Nous avions un peu peur, mais nous avions confiance en notre travail et nous avons réussi à donner le meilleur de nous-mêmes », poursuit-elle.

Lors de la compétition, retransmise en direct sur le site de la NASA, les robots devaient notamment remplir, devant un jury de 50 personnes présidé par Skip Gridely, ingénieur aérospatial (Rocket Scientist), 18 missions en 2 minutes 30. Des missions relatives au thème de l’année : les catastrophes naturelles. Le robot de l’équipe Fast and Curious a ainsi dû, entre autres, évacuer et rassembler « des victimes » dans une zone protégée, les ravitailler et surmonter des obstacles naturels sur sa route, tel un tronc d’arbre. Un défi relevé haut la main puisque le robot a accompli 17 missions.

« La compétition était énorme ! Il y avait plus de 25 000 participants », raconte Sally, heureuse d’avoir rencontré « des centaines de personnes de cultures différentes ». « Nous avons laissé notre trace là-bas, nous avons prouvé que les « cerveaux libanais » sont capables d’être en compétition avec de grands pays développés, qui ont dépassé nos connaissances dans les domaines technologiques », dit-elle fièrement.
Au moment de l’annonce des résultats, Sally et ses coéquipiers sont restés « sans voix ». « Il y avait l’ivresse de la victoire, mêlée à un sentiment de bonheur et de fierté », décrit l’écolière. Fast and Curious s’est classé deuxième derrière l’Angleterre et devant les États-Unis. « C’était incroyable, un rêve devenu réalité grâce à notre travail acharné et notre engagement », dit encore la lycéenne libanaise.

L’enthousiasme s’émousse un peu de retour au Liban, quand Sally et ses coéquipiers constatent qu’aucun responsable politique n’a partagé le succès de l’équipe. « Nous aurions vraiment apprécié que le gouvernement nous montre un peu de soutien », déplore-t-elle. Heureusement, la famille et les amis des jeunes champions étaient au rendez-vous.

Les membres de l’équipe : Layal Hamzi, Reem Malaeb, Nour Sleem, Dany Tarabey, Sally Maddah, Wissam Malaeb, Khawthar Sotamyah et Samah Abou Ghannam, assistant de l’entraîneur.

Source : L’Orient Le Jour