Antoine Jomaa, dans la paix de Dieu

Non classé
Antoine Jomaa est le 3ème en partant de la gauche, aux côtés du Père Abou et de Boutros Boutros Ghali à l'UNESCO pour le 125 anniversaire de l'USJ à Paris

Antoine Jomaa est le 3ème en partant de la gauche, aux côtés du Père Abou et de Boutros Boutros Ghali à l’UNESCO pour le 125 anniversaire de l’USJ à Paris

L’ambassadeur Antoine Jomaa était la bonté incarnée.

Il a accompli une carrière diplomatique exemplaire, maintenant à tous les postes qu’il a occupés la même intégrité morale et la même renommée d’écoute, d’humilité, de bienveillance et d’authenticité libanaise et humaine. Après le Vatican où il œuvra discrètement et efficacement auprès du bienheureux Jean-Paul II, il a clôturé sa carrière auprès de l’Unesco où j’ai eu le privilège de collaborer durant plus de deux ans avec lui (1999-2000). Il a intériorisé les valeurs culturelles et spirituelles qu’il voulait défendre et il transmettait par l’exemple, avec noblesse et simplicité, le message vocationnel du Liban du dialogue des cultures.

Ayant à peine atteint l’âge de la retraite et toujours en pleine force de l’âge, il fut foudroyé par une crise d’hémiplégie qui le laissa paralysé et muet, jusqu’à la fin de ses jours. Il porta sa croix avec la foi profonde qui l’habitait et toujours sa bonté sans limite. Il transforma son épreuve en une démarche quasi métaphysique et l’endura comme Job, avec une patience infinie.

Après son parcours terrestre jalonné de joies et de peines, son âme libérée s’est élancée vers son créateur.

Bahjat Rizk, pour L’Orient le Jour

2 thoughts on “Antoine Jomaa, dans la paix de Dieu

  1. Pingback: doudounes parajumpers

Comments are closed.