L’AMFL, un exemple de coopération professionnelle

La nouvelle équipe AMFL élue en 2013

La nouvelle équipe AMFL élue en 2013

L’Association médicale franco-libanaise rassemble plus de 5 000 professionnels de la santé. Depuis sa fondation, elle œuvre à promouvoir l’image de la médecine francophone.

Georges Nasr

Georges Nasr

L’Association médicale franco-libanaise (AMFL) tient aujourd’hui son quatrième congrès à l’hôtel Hilton Beirut Metropolitan Palace. Cette réunion scientifique constitue un rendez-vous annuel de l’AMFL qui, depuis sa fondation en 1989, œuvre à promouvoir l’image de la médecine francophone.

Réseau libanais le plus important en France, l’AMFL est un exemple de réussite aussi bien au niveau de la coopération professionnelle qu’au niveau de la concrétisation de l’amitié franco-libanaise. Elle rassemble et fédère plus de 5000 professionnels de la santé libanais et franco-libanais établis dans l’Hexagone et œuvrant dans les différents domaines médicaux et paramédicaux. «L’AMFL représente un puissant lobby libanais, ses membres étant présents dans les différentes régions françaises, précise le secrétaire général de l’association, Georges Nasr. Elle mène un important travail de proximité afin de donner une image fidèle de notre pays et de notre peuple. »

C’est en juillet 1989 que l’AMFL a vu le jour grâce à l’initiative d’un groupe de praticiens libanais venant d’horizons divers. Il s’agit de Paul Tyan, Alain Farah, Abdelrahim Hijazi, Saad Khoury, Édouard Laham, Joseph Khoury, Paul Rizk, Nabil Assaad et Georges Nasr. Regroupés en association en vertu de la loi 1901 qui régit la vie associative, ils réussissent à sensibiliser un grand nombre de leurs confrères. Dès sa fondation, l’AMFL œuvre « à former et à rapprocher les professionnels de la santé franco-libanais, à témoigner de la présence libanaise en France, à se solidariser avec le peuple libanais face à l’épreuve et dans ses souffrances, à renforcer les liens d’amitié entre le Liban et la France et à promouvoir l’image de la médecine française et du monde francophone », insiste le Dr Georges Nasr.

Apolitique et laïque

Georges Nasr affirme en outre que l’AMFL se veut « apolitique et laïque». « Elle est respectueuse des différences et des diversités, comme elle témoigne de la symbiose intercommunautaire libanaise, insiste-t-il. Elle constitue un lieu de dialogue permanent, de réflexion et de compréhension entre ses diverses composantes. Aux pires moments de la guerre libanaise, l’AMFL a apporté son soutien et son savoir-faire au Liban, offrant, dans la mesure de ses moyens, des aides en matériels et en équipements, sans distinction aucune. En novembre 1989 à titre d’exemple, elle a accompagné au Liban une mission de parlementaires des pays francophones et procédé lors de son séjour à une évaluation des besoins en matière d’équipements et de matériel hospitaliers. Un plan de réhabilitation des hôpitaux libanais, soumis à rude épreuve du fait des bombardements, a été élaboré et a commencé à être appliqué. Cette action avait suscité à l’époque un élan d’enthousiasme dans les milieux médicaux français et libanais, et des centaines de nouveaux adhérents sont venus accroître les effectifs de l’association. » Et le Dr Nasr d’indiquer que depuis sa création, l’AMFL a multiplié et diversifié ses activités et ses missions, participant « à des colloques, conférences, séminaires et autres rencontres professionnelles en France et au Liban, mais aussi là où l’AMFL peut tisser un réseau d’entraide et aider à la formation». «Nous avons aussi intensifié la coopération avec les milieux universitaires, poursuit-il. De même, des sommités françaises et internationales sont invitées au Liban pour prendre part à des séminaires et des conférences portant sur la médecine, les soins et la gestion médico-hospitalière. »

Ainsi, aujourd’hui, l’AMFL tient son quatrième congrès pluridisciplinaire au Liban. «Forts de la réussite des trois derniers congrès tenus en 2010, 2011 et 2012, nous envisageons de faire de cet événement un des rendez-vous annuels de notre association, déclare le Dr Georges Nasr. Il s’agit également d’une occasion pour nous, franco-libanais, de célébrer, à Beyrouth, la fête nationale française. »

Placé sous l’égide des présidents libanais et français, respectivement Michel Sleiman et François Hollande, le congrès est ouvert aux différentes spécialités médicales et chirurgicales.

Le Dr Georges Nasr explique enfin que depuis 1989, l’association édite une revue trimestrielle, Le Médilien, qui traite des divers thèmes discutés au cours des séminaires et colloques organisés en France et à l’étranger, comme elle rapporte l’activité de l’AMFL en général. «Le magazine est un véritable lien qui permet aux membres de l’association de rester en contact entre eux et de valoriser la communauté médicale libanaise en France », conclut-il.

La nouvelle équipe élue en 2013

Le nouveau comité d’administration de l’AMFL est constitué comme suit : Jean-Marc Ayoubi, président ; Georges Nasr, secrétaire général ; Randa Ghantous, trésorière ; Sélim Aractingi, Ayman Tourbah, Ibrahim Dagher, Hassan Hosseini, Imane Hallak-Bodinier et Camille Tawil, conseillers.

Pour plus d’informations, visiter le site Web de l’association à l’adresse : www.associationmedicalefrancolibanaise.com

Article Paru le 5 juillet 2013 Orient le Jour page 5.