Le Liban à l’honneur à Saint-Maur

Non classé

SAINT-MAUR EN TOUTES LIBERTÉS

Le festival qui allie la culture et les droits de l’homme

Présentation Culturelle

Pour la quatrième année consécutive, la Ville de Saint-Maur-des-Fossés organise SAINT-MAUR EN TOUTES LIBERTÉS, un festival au concept unique, alliant culture et droits de l’homme, sous le haut patronage du Maire Henri Plagnol.

Le Festival SAINT-MAUR EN TOUTES LIBERTÉS fait découvrir chaque année au grand public une région du monde, tant par ses aspects culturels que géopolitiques.

Après le Tibet, le Japon, la Corée et l’Arménie, cette année le festival mettra à l’honneur Le Liban.

LES 22 – 23 – 24 – 25 NOVEMBRE 2012

La programmation artistique se veut résolument loin de toutes démarches folkloriques, réunissant de grands artistes, avec la venue exceptionnelle de Sœur Marie Keyrouz.

Comme chaque année, le festival renouvelle entièrement sa programmation et présentera des créations uniques, imaginées et mises en scène par Michel Pascal dans le cadre du festival de Saint-Maur, créant un évènement culturel et géopolitique majeur, relayé par de nombreux médias, et notamment en couverture du Pariscope.

La grande chanteuse libanaise Sœur Marie Keyrouz, reconnue dans le monde comme la plus belle voix sacrée, unissant les traditions de l’Orient et l’Occident, présentera pour la 1ère fois un CONCERT FÉERIQUE. Elle sera accompagnée par l’Ensemble pour la Paix, avec ses musiciens et choristes issus de toutes religions, au milieu des plus beaux paysages du Liban et de la terre sainte.

L’actrice Eva Hernandez présentera une lecture fantastique du célèbre texte libanais Le Prophète de Khalil Gibran, au milieu d’une forêt de cèdres du Liban, projetée sur écran géant, accompagnée par Laurent Robin aux percussions orientales, et la trapéziste Hélène de Vallombreuse.

Le film Le Liban vu du ciel et de la Terre, réalisé par Philippe Prieto et Michel Pascal, nous emmènera en voyage au cœur du Liban authentique, mêlant photos « time lapse », vidéos HD, et artistes « en live », avec la troupe de danseuses orientales Samhra, sous un feu d’artifice digne des 1001 nuits.

Les enfants seront aussi de la fête, avec le jongleur poétique Rémy Laroussinie, au milieu du désert…

Programmation culturelle

La soirée d’ouverture : Jeudi 22 novembre – 20 h 30 – salle Rabelais

Présidée par M. le Maire Henri Plagnol avec la présence de Sœur Marie Keyrouz au profit de l’association « Enfance pour la paix ».

Projection du film : Le Liban vu du ciel et de la terre, réalisé par Philippe Prieto et Michel Pascal.

  • Invitée spéciale : Sœur Marie Keyrouz.
  • Compagnie Samhra, danse orientale.
  • Rémy Laroussinie, jongleur.

Poésie fantastique : Vendredi 23 novembre – 20 h 30 – salle Rabelais

  • Le Prophète de Khalil Gibran avec l’actrice Eva Hernandez.
  • Laurent Robin, percussions orientales.
  • Hélène de Vallombreuse, trapéziste.

Cirque poétique : Samedi 24 novembre – 17 h – salle Radiguet

  • Rémy Laroussinie, jongleur.

Concert féerique : Samedi 24 novembre – 20 h 30 – salle Rabelais

  • Sœur Marie Keyrouz accompagnée par l’Ensemble de la Paix, au milieu des plus beaux paysages du Liban et de la Terre Sainte.

« le Pays rêvé » : Du 21 au 27 novembre – Le Lido

Documentaire – 2008 – de Jihane Chouaib

Débat en présence de la réalisatrice le Mercredi 21 novembre à 20 h 30.

« C’est une quête à la recherche du Liban comme « pays rêvé ». Tout commence par l’histoire d’un retour au Liban, mon pays natal. J’emmène en voyage plusieurs « Libanais de l’étranger », qui, comme moi, ont vécu l’essentiel de leur vie dans d’autres pays. En tentant de renouer avec nos origines, nous pensons nous mettre en quête de notre identité. Mais comment retrouver son identité personnelle ? »

Renseignements cinéma Le Lido : 01 48 83 06 18

Présentation géopolitique

Après, la Chine, le Japon et la Corée, la Russie et l’Arménie, le festival s’intéresse cette année à la Syrie et au Liban à l’heure des bouleversements que connaît l’ensemble du Moyen-Orient depuis maintenant près de deux ans.

Dans le cadre des mouvements de contestation populaires que sont les Printemps arabes, le Levant occupe une position singulière. Au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Egypte ou bien encore au Yémen et en Jordanie, des changements se sont engagés, que ce soit au niveau des hommes ou des institutions, et l’avenir nous dira quelle en est la profondeur.

Seulement, rien de tel en Syrie. Le pays est désormais au centre de toutes les attentions et le récent voyage du pape Benoît XVI au Liban est venu rappeler au monde la valeur universelle de ce qui se joue actuellement dans la région. Depuis le début des révoltes dans le pays, en mars 2011, le régime syrien a choisi de répondre avec la plus grande fermeté. Le pays s’enferre depuis lors dans un conflit intérieur qui se radicalise de jour en jour, tandis qu’observateurs et belligérants égrainent une liste des victimes qui semble ne plus devoir finir. Difficile aujourd’hui d’y voir clair dans la situation syrienne : quels signes pouvaient en laisser présager ? Qui en sont les véritables acteurs et quelle est la partition qui se joue en arrière-plan ? Quels scénarios de sortie de crise pouvons-nous envisager ?

Par sa position géographique et son histoire, le Liban est naturellement très affecté par les turbulences qui ont cours chez son voisin, et dont les effets se font sentir de manière de plus en plus pressante tant au niveau politique qu’au sein des populations locales. L’imbrication des deux pays n’est plus à démontrer. Quelles sont donc les répercussions de la crise syrienne sur le Liban ? Quelles conséquences sur sa politique intérieure ? Plus globalement, la situation actuelle déstabilise-t-elle les fragiles équilibres entre les différentes communautés dans ces deux pays ? Qui détient les clés du retour à la stabilité ?

Exposition L’Oeuvre d’Orient

L’exposition « Les chrétiens d’Orient » propose un parcours très didactique et bien documenté pour découvrir et comprendre la richesse et la diversité des Eglises et des chrétiens d’Orient.

A l’aide de grands panneaux, l’exposition se met à la portée de tous pour éclairer les visiteurs et les aider à se repérer dans l’histoire, de la naissance de l’Eglise à jérusalem ; dans les différentes séparations et réconciliations avec l’Eglise de Rome ; dans les traditions et rites : maronite, chaldéen, copte, melkite, syriaque, arménien, gréco-catholique et malabar. cette exposition vous donnera des clefs pour comprendre l’actualité de ce que vivent les chrétiens en Orient.

LA GRANDE AVENTURE DES CHRÉTIENS D’ORIENT

du 19 au 30 novembre – Théâtre de saint-maur

Pourquoi cette exposition ?

«Les catholiques ne sont pas seulement les latins. Coptes et chaldéens, melkites, maronites et syriaques, arméniens, gréco-catholiques, malabars, malankars et éthiopiens… Tous, nous avons besoin les uns des autres pour faire l’Église catholique. Puisse cette exposition élargir notre intelligence, notre coeur et notre prière.»

Père Pascal Gollnisch, directeur général de l’OEuvre d’Orient

Une invitation à découvrir

L’OEuvre d’Orient qui vient en aide aux 26 millions de chrétiens vivant dans 23 pays du moyen-Orient jusqu’en Inde, d’Ukraine en Ethiopie, à travers ses 3 grandes missions d’éducation, d’action sociale et culturelle.

Soeur Marie Keyrouz

Invitée spéciale de l’édition 2012 du Festival Saint-Maur en toutes libertés.

Une voix Œcuménique…

Il faut entendre, écouter pour comprendre ce que spiritualité veut dire. Comme une lente montée vers le sublime, la voix de Sœur Marie Keyrouz gagne les hauteurs, dure à perte d’oreille et frise l’insoutenable… (Ames sensibles…) Mêlée à de stupéfiantes improvisations où La Callas croiserait Oum Kalsoum.

Sœur Marie Keyrouz est un personnage venu d’un autre monde, où rien n’est profane, où rien n’est dévot. Elle chante l’ailleurs dans l’espace et dans le temps, le très Haut musical ou religieux, selon ce que l’on croit…

Originaire du Liban, l’un des grands carrefours de rencontres de l’Orient et de l’Occident, Sœur Marie Keyrouz, qui fut un temps l’élève de Marcel Peres, y incarne parfaitement la synthèse de la spiritualité méditerranéenne.

Accompagnée de son Ensemble de la Paix, elle a publié au cours de ces dernières années nombre d’albums, salués par la critique unanime et devenus pour beaucoup des classiques.

Sœur Marie Keyrouz est née à Deir-El-Ahmar, près de la cité romaine de Baalbeck (Liban), membre de la Congrégation des Sœurs Basiliennes Chouérites. Présidente fondatrice de l’Institut International de Chant Sacré à Paris, elle a poursuivi parallèlement de multiples études sanctionnées par un Doctorat en Musicologie et Anthropologie Religieuse à la Sorbonne (1991), un diplôme d’Etudes Approfondies de Sciences Religieuses à l’Université Saint-Joseph à Beyrouth, de Chant Classique Occidental (Oratorio) et Oriental de l’Université de Saint-Esprit de Kaslik, jusqu’à ce qu’elle fût appelée : « La Sœur Savante Chantante ».

Religieuse, musicologue, anthropologue et cantatrice diplômée, elle sait allier avec une superbe dextérité l’art à la science et la créativité à l’authenticité.

En un mot : elle met sa voix, son être tout entier et son art au service de la Parole Divine et de sa mission de religieuse : « Quand tu chantes, tu pries deux fois « , a-t-elle coutume de dire, reprenant en ces termes ceux de Saint-Basile.

Au carrefour des Religions, ses « réalisations » ont rencontré un succès international et lui ont valu de nombreuses invitations à chanter à travers le monde pour devenir : « la Messagère de la Paix », « la Lumière de la Musique Sacrée », « la Voix Mystérieuse de l’Orient ».

Depuis, elle se produit régulièrement en concert avec son ensemble : l’Ensemble de la Paix.

Si Sœur Marie Keyrouz est aujourd’hui devenue « la grande Dame du chant chrétien », « la Voix d’Or de l’Orient », « la Voix de l’Extase » , « le Frisson mystique », « le Don de l’Influence », c’est peut-être parce que selon elle, le chant est l’unique occasion d’exprimer une vérité qui, autrement serait inaudible.

« Je sélectionne les chants dont les paroles touchent le plus », explique-t-elle. Son répertoire est large : il s’étend des premiers chants chrétiens jusqu’aux compositions les plus sophistiquées. Une musique orientale, dansante, sombre.

Son registre préféré ? Le chant byzantin, a cappella, « grand et lourd à porter », car toute la voix est au service de la parole, « la voix seule transmet le message théologique».

C’est pourquoi Sœur Marie Keyrouz a choisi depuis vingt ans, dans sa congrégation puis à travers son association « Enfance pour la Paix », de convertir les bénéfices de ses disques et concerts pour venir au secours des enfants défavorisés : bourses d’études, scolarisation, aides médicales et financement de projets éducatifs.

La presse mondiale la reconnaît comme « la plus belle voix sacrée au monde », « le frisson mystique », « la voix de l’extase ».

Télécharger la programmation

www.saintmaurentouteslibertes.com