Onze Libanaises parmi les « 100 femmes arabes les plus influentes » de 2012

Non classé

olj.com | 06/03/2012

DANS LA PRESSE : Feyrouz, Nadine Labaki, Christine Sfeir, Haïfa Wehbé…

Pour la deuxième année consécutive et à quelques jours de la journée internationale de la femme, le magazine panarabe CEO Middle East publie sa liste des 100 personnalités féminines les plus influentes dans le monde arabe.

Un classement dont la tête est largement accaparée par les Emiraties et les Saoudiennes : cheikha Loubna el-Qassimi, ministre émiratie du Commerce extérieur, figure en première position, suivie de la militante des droits de l’homme yéménite et Prix du Nobel de la paix Tawakkol Karman, la femme d’affaires saoudienne Loubna Olayane, la princesse saoudienne Amira al-Tawil, épouse d’al-Walid ben Talal et présidente d’une fondation humanitaire nommée après lui.

En cinquième position arrive l’Emiratie Raja Issa al-Gurg, présidente du Conseil des femmes d’affaires de Dubaï. Elle est suivie de sa compatriote Amina al-Rustamani, PDG du géant médiatique TECOM qui comprend Dubaï Media City, Dubaï Studio City et l’International Media Production Zone.

Figure ensuite, en 7e position, la Syrienne cheikha Mounira Qoubeysi, fondatrice de « Qubeysiyat », un réseau d’écoles islamiques qui était banni en Syrie jusqu’en 2006. Le réseau compte environ 80 écoles à travers le Moyen-Orient.

En 8e place arrive la Koweïtienne cheikha al-Bahar, PDG de la Banque nationale du Koweït (NBK), l’une des plus grandes institutions financières dans la région, selon le magazine Arabian Business. Elle est suivie de la Saoudienne Hayat Sindi, chercheuse en biotechnologie au King’s College, à Cambridge et de Khouloud Fakih, première femme à avoir été nommée juge dans un tribunal islamique palestinien.

Du côté des Libanaises, onze femmes ont été retenues dans la liste de CEO Middle East. La diva Feyrouz, 77 ans, figure en 13e position. « Feyrouz, de son vrai nom Nouhad Haddad, a commencé sa carrière artistique dans les années 50. (…) Elle est aujourd’hui vénérée dans toute la région », lit-on sur le site d’Arabian Business qui a consacré plusieurs articles à la liste en question.

De gauche à droite : Feyrouz, Nadine Labaki, Christine Sfeir, Leila el-Solh Hamadé, Elissa et Maria Maalouf.

De gauche à droite : Feyrouz, Nadine Labaki, Christine Sfeir, Leila el-Solh Hamadé, Elissa et Maria Maalouf.

Nadine Labaki, la réalisatrice de 36 ans qui a à son compte deux longs-métrages à grand succès (« Caramel » et « Maintenant on va où ? »), arrive en 14e position. Elle est suivie de la femme d’affaires Christine Sfeir, 37 ans, qui possède plusieurs chaînes de restauration, dont Semsom, qui a ouvert des branches au Koweït, en Arabie saoudite et au Qatar. Six nouvelles branches, dont une en Inde, devraient ouvrir cette année, précise Arabian Business.

L’ancienne ministre Leila el-Solh Hamadé, vice-présidente de la Fondation al-Walid ben Talal, arrive en 17e position. La chanteuse Elissa, qui aura 40 ans en octobre et qui a été récompensée trois fois de suite par le World Music Award, est placée en 41e position.

La 55e place est attribuée à la journaliste Maria Maalouf pour son programme « Sans censure », qui dénonce les affaires de corruption et de fraudes dans la région. Elle est également la propriétaire du journal « Arrouwad », selon le magazine panarabe.

Les chanteuses de pop arabe Nancy Ajram et Haïfa Wehbé occupent respectivement les 65e et 69e positions sur la liste, alors que Mona Bawarchi, présidente du groupe « Gezairi Transport » qui emploie plus de 500 personnes et opère dans pas moins de six pays, occupe la 81e place.

En 96e position figure la présentatrice du programme « Hadiss el-Balad » (la version arabe de « Tout le monde en parle »), Mona Abou Hamzé. Et enfin, la spécialiste en microfinance, Mayada Baydas, fondatrice de la compagnie AMEEN sal, figure quant à elle en avant-dernière position.

Pour consulter la liste dans son intégralité, cliquez ici.

One thought on “Onze Libanaises parmi les « 100 femmes arabes les plus influentes » de 2012

  1. Maya Jeribi, unique Femme Arabe à diriger un parti politique, soit Hezb El Joumhouri – Tunisie, ça ne vous dit rien?

Comments are closed.