« Beirut on Ice » dans les Souks de la capitale

Par Julie DUMONT | 14/01/2012

Une vue générale de l’arène.

Une vue générale de l’arène.

ÉVÉNEMENT Le centre-ville accueille pour deux mois la première patinoire de plein air du Liban dans le cadre du projet « Beirut on Ice ». Au beau milieu des Souks de Beyrouth, on se retrouve plongé dans un décor de fausse neige entourant 400 mètres carrés de glace. C’est la société Bremco (Beirut Real Estate Management Company SAL) qui a financé et réalisé ce projet sous la direction de Hassan Mheidli. Si « Beirut on Ice » est à la base une opération de promotion pour la société de management, il s’agit également d’un beau cadeau offert aux Beyrouthins. La dernière patinoire avait été construite il y a six ans à Zouk Mosbeh.

Bremco ne s’y est pas trompée, et le projet rencontre un franc succès auprès du public. Pas moins de 500 personnes viennent patiner chaque jour et environ un millier le week-end. Le chiffre a bien sûr baissé avec le mauvais temps.

Ce sont majoritairement des familles qui viennent profiter de cette animation, mais le site accueille également des groupes scolaires. Des cabanes ont d’ailleurs été installées autour de l’arène de patinage et permettent à ceux qui le veulent de se restaurer après l’effort. Chacun semble y trouver son bonheur : les plus petits vacillent sur leurs patins alors que les adolescents impatients se bousculent sur les bords pour fouler la glace le plus rapidement possible. Quant aux parents, certains se laissent tenter à accompagner leurs bambins dans cette aventure, voire à réaliser quelques prouesses artistiques.
Il faut compter 20 000 LL, comprenant la location des patins et des protections, pour avoir accès à la glace. Des moniteurs de patinage sont à la disposition du public pour des leçons particulières ou collectives. Il faut aussi prévoir 20 dollars pour une leçon collective. Quant au tarif des cours particuliers, il est à voir avec les moniteurs.
Mais plus que d’apprendre aux Beyrouthins à patiner, l’enjeu du projet était de construire cette structure dans une ville qui, a priori, ne s’y prête pas. Installer une patinoire artificielle en extérieur n’est, a priori, pas chose aisée. Elle l’est encore moins quand l’atmosphère ambiante est trop chaude et polluée. La première étape de la réalisation consiste à fabriquer un tapis glacier. Cela nécessite un réseau de tuyauteries rempli d’eau et de liquide antigel, organisé en réseau fermé et relié à un appareil refroidisseur. Il faut alors abaisser la température du liquide jusqu’à -8 ou -10°C et le pulvériser sur les tuyaux tout en évacuant l’air présent dans le circuit. L’eau cristallise instantanément.
Après avoir répété l’opération plusieurs fois, il suffit de laisser tourner le liquide en circuit fermé sous la glace. La patinoire de Bremco utilise deux grands refroidisseurs qui envoient en continu un mélange d’eau et de liquide antigel glycol à -13°C à l’intérieur de la glace et récupère l’eau réchauffée au contact de l’air. La technique est ingénieuse et presque sans faille. Mais la pluie de ces derniers jours ne facilite pas la tâche de l’équipe technique. Il arrive ainsi que la glace se recouvre d’eau qu’il faut alors évacuer avec des raclettes.
Malgré ces quelques désagréments, le projet « Beirut on Ice » semble bien faire le bonheur de tous. Et ceci encore pour un certain temps, car la patinoire reste ouverte jusqu’à fin février et doit accueillir plusieurs spectacles de patinage, notamment à l’occasion de la Saint-Valentin.

Source : olj.com