Une association « libanaise » des amis de Wagner

Non classé

Par Zéna ZALZAL | 29/12/2011

Joe Letayf : « La musique wagnérienne m’est indispensable. » (Michel Sayegh)

Joe Letayf : « La musique wagnérienne m’est indispensable. »

Initiative De Bayreuth à… Beyrouth, les amis de Wagner continuent d’essaimer à travers le monde.

C’est à l’instigation de la maison mère de Bayreuth que l’Association des amis de Wagner a vu le jour il y a quelques mois à Beyrouth. Cette branche libanaise du cercle international des férus de la musique wagnérienne sera lancée officiellement au mois de janvier par un concert de l’orchestre du Conservatoire national qui sera donné à l’église de l’USJ.
L’objectif de cette association? «Promouvoir la musique classique de manière générale et, plus spécifiquement, faire mieux connaître les œuvres, les opéras ainsi que la personnalité du grand compositeur allemand dont elle porte le nom», indique Joe Letayf (animateur d’une émission quotidienne consacrée à la grande musique sur Radio-Liban et chargé de cours de musique classique à l’ALBA-Balamand) qui en est l’initiateur – «avec quelques amis mélomanes» – et le président.


Concrètement, cela se traduira par l’organisation au Liban de récitals, de concerts avec des chefs d’orchestres étrangers, d’opéras-concerts (extraits d’opéras interprétés par des chanteurs sans mise en scène, décors et éclairages), de conférences avec projections de DVD à l’auditorium Émile Boustani (en attendant l’éternelle promise salle d’opéra!) et de toutes sortes d’initiations à la musique de l’auteur du Tannhäuser, dont des rencontres dans les écoles et les universités.

Amis vs ennemis
«Aimer Wagner n’est pas à la portée de tout le monde, signale Joe Letayf. Tout simplement parce qu’il faut du temps, du souffle et du courage pour aller jusqu’au bout de ses opéras qui s’étendent sur plusieurs heures. Mais sa musique charrie une telle intensité qu’on peut difficilement y être insensible.»
Une intensité wagnérienne qui a d’ailleurs valu au compositeur autant sinon plus d’ennemis que d’amis. «De son vivant, sa vie fantasque de révolutionnaire rouge traqué par la police à Dresde, puis d’homme à femmes et de protégé du roi Louis II de Bavière lui a valu de nombreuses inimités. Et ses errements idéologiques récupérés, un siècle plus tard, par les nazis continueront de susciter des avis enflammés à son sujet», indique le président des amis (libanais) de Wagner. Association dont la mission est également de rétablir la vérité sur la personnalité et les idées de ce compositeur aux conceptions artistiques avant-gardistes et qui eurent une influence déterminante dans l’évolution de la musique.
Autre mission d’envergure de cette association : l’organisation de voyages à Bayreuth, «lieu de pèlerinage des wagnériens», dont le festival – très couru par les mélomanes («qui réservent leurs places des années à l’avance», soutient Letayf) – est exclusivement dédié aux œuvres wagnériennes. «On s’active dès maintenant pour obtenir suffisamment de places pour l’édition de 2013, qui programme le Ring appelé également La Tétralogie – qui est, rappelons-le, l’ensemble des quatre opéras de Wagner inspirés des mythologies allemandes et scandinaves: L’or du Rhin, La Walkyrie, Siegfried et Le crépuscule des dieux. Mais aussi pour d’autres grandes destinations musicales, comme Salzbourg ou Dresde…»
Cette association « à but non lucratif », qui compte jusqu’à présent 80 membres dont cinq fondateurs, à savoir: Myrna Boustani, présidente d’honneur, Mario Mhanna, Alida Torbey, maître Alia Wardé et Najwa el-Khazen, est ouverte à de nouveaux adhérents. Lesquels peuvent s’informer des formalités d’inscription en appelant au 01/322922. Avis donc aux intéressés.

Source : L’Orient Le Jour