Un journaliste syrien du quotidien libanais as-Safir arrêté à Damas

Non classé

 Répression Mohammed Dahnoun couvre les événements en Syrie depuis le début du mouvement de contestation.

Un journaliste travaillant à Damas pour as-Safir, un quotidien prosyrien libanais, a été arrêté mardi dans la capitale syrienne, a affirmé mercredi à l’AFP un responsable de la rédaction du journal.

Mohammed Dahnoun, un journaliste syrien, « a été arrêté », a indiqué ce responsable sous couvert de l’anonymat.
« Nous avons perdu contact avec notre correspondant hier (mardi) durant une manifestation sur la place Midan dans la capitale syrienne », a-t-il indiqué. 

« Des témoins ont affirmé avoir vu les forces de sécurité l’emporter loin de la foule », a ajouté le responsable, précisant que M. Dahnoun était « sans doute » en train de couvrir la manifestation organisée contre le régime de Bachar el-Assad.

M. Dahnoun écrit depuis cinq ans pour le supplément jeunesse d’as-Safir, mais il a commencé à couvrir les événements en Syrie depuis le début du mouvement de contestation à la mi-mars.

Le quotidien as-Safir est réputé pour ses positions panarabes, partisanes de l' »axe de résistance » incarné par la Syrie, l’Iran et le Hezbollah chiite libanais contre Israël. Le quotidien a toutefois publié à plusieurs reprises des éditoriaux critiques du régime syrien et accordé de la place dans ses pages aux informations fournies par les opposants.

Et depuis juillet, il est interdit de distribution en Syrie, à l’instar d’al-Akhbar, journal également prosyrien.

« Après dix mois de troubles sanglants qui ont emporté des milliers de victimes (…) les communiqués officiels et laconiques sur les +bandes armées+ ne suffisent plus pour expliquer ce qui se passe en Syrie », écrivait le 12 décembre le propriétaire et éditorialiste du quotidien, Talal Salmane, qualifiant la version officielle du régime d' »histoires incroyables et illogiques ».

Damas affirme régulièrement que les violences qui ensanglantent le pays sont le fait de « groupes armés » qui s’en prennent à la population.

M. Salmane avait appelé le président syrien à suivre l’exemple de Gamal Abdel Nasser, l’ancien président égyptien qui avait annoncé sa démission après la défaite de son pays face à Israël lors de la Guerre des Six-Jours.

Source : L’Orient Le Jour