Raï : Je suis l’héritier des patriarches Hoyeck, Arida et Sfeir

Non classé

Par Fady NOUN | 12/10/2011

C’est le Raï pédagogue qui tout au long de sa tournée pastorale enseigne aux Libanais de la diaspora autant qu’aux Libanais du Liban les principes de base de l’édification d’une nation.

« Dans un monde arabe qui se cherche, dans un monde arabe qui vit les douleurs d’un nouvel enfantement, quel est le rôle du Liban ? » s’est interrogé lundi le patriarche Raï, à Cleveland, dans une courte homélie prononcée dans une église Saint-Maron pleine à craquer. « Un rôle central, a-t-il répondu. Le rôle d’un pays qui a souffert d’une guerre civile qui lui a beaucoup coûté. »

« Nous devons être à la hauteur du sang qui a été versé, a dit le patriarche, et nous dire que suffisamment de sang a coulé et qu’il faut désormais prendre les moyens de la paix. Nous avons chèrement payé la leçon selon laquelle seuls la communion et le partage édifient des sociétés, et non pas la guerre civile. »

Angélisme ? Peut-être, mais le patriarche maronite n’a d’autre pouvoir que celui de la parole et de l’autorité morale qui la porte.

Tard dans la soirée, devant les convives réunis à l’hôtel Renaissance, il a explicité à nouveau sa vue de l’avenir de la région et du rôle que le Liban peut jouer à cet égard.

Devant les deux sénateurs David Kucinich et Marcia Fudge, et en présence de Samir Haykal, représentant les Forces libanaises, et Fahim Gemayel, représentant le parti Kataëb, le patriarche a redéfini sa « ligne » d’action. « Je suis l’héritier de trois grands patriarches, a-t-il dit, le patriarche Hoyeck, qui a choisi le Grand Liban, le patriarche Arida, qui a béni le pacte national entre musulmans et chrétiens, et le patriarche Sfeir, le patriarche de la nouvelle indépendance. Si vous voulez situer le patriarche qui vous parle, c’est ainsi qu’il faut le faire. »

« Quand on a demandé au patriarche Hoyeck de préciser quelle était sa communauté, il a répondu : ma communauté, c’est le Liban. Eh bien, ce que mon illustre prédécesseur a dit, je le reprends à mon compte. Ma communauté, c’est le Liban. Le patriarche Raï, le voici. C’est mon programme : un Liban au-dessus de toute considération, qu’elle soit personnelle, partisane ou confessionnelle. »

Et d’ajouter : « Mais puisqu’on en vient aux choses personnelles et aux confessions, disons-le franchement. Au Liban, nous souffrons d’un mal grave, l’allégeance à l’étranger, à un parti ou à une communauté. Mais les allégeances ne construisent pas le Liban. Nous devons sortir de nos alignements et construire un nouveau pacte national. »

Le patriarche est arrivé hier à Houston, où Nijad Issam Farès a donné un grand déjeuner en son honneur. Au programme de la journée : une réunion avec les jeunes maronites de la communauté, une messe, et, le soir, comme d’habitude, un banquet en son honneur donné par la communauté libanaise.

Source: L’Orient Le Jour