Routes : six tués en moins de deux jours

Non classé

13/06/2011

La Toyota repêchée dans laquelle les deux Français ont trouvé la mort. Photo Danielle Khayat

La Toyota repêchée dans laquelle les deux Français ont trouvé la mort.

Les routes de la mort ont fait en 48 heures six tués, dont deux jeunes Français à Zahlé, noyés à l’intérieur de leur voiture. Jusqu’à quand dureront le laxisme dans l’application de la loi et l’impunité des responsables d’accidents graves ?

Six tués, dont deux Français, et plusieurs blessés sont tombés sur les routes en moins de 48 heures, entre vendredi et dimanche. Ces accidents sont dans la majorité des cas causés par la vitesse, la négligence et l’irresponsabilité de certains chauffeurs, notamment ceux qui préfèrent fuir sans alerter les autorités et tenter de sauver des blessés…
Un terrible accident a ainsi eu lieu hier à l’aube sur la route reliant Zahlé à Bar Élias, coûtant la vie à deux jeunes Français. La Toyota blanche qui transportait David Remilion (né en 1986) et Pierre-Marie Kinzelin (né en 1988) a été percutée par une camionnette. Le choc a provoqué le dérapage de la voiture qui a piqué du nez dans une large canalisation d’eau et causé la mort des deux hommes, piégés dans la ferraille, par noyade, ainsi que l’a confirmé l’examen ultérieur du médecin légiste.
Selon l’Agence nationale d’information (ANI), le chauffeur de la camionnette, qui avait fui sans alerter les autorités, a été arrêté à Chtaura. Dans sa déposition, qui concordait avec celle d’autres témoins selon l’agence, le chauffeur affirme que c’est la voiture des Français qui aurait heurté sa camionnette et qui serait tombée dans un grand trou sur la route, ce qui aurait fait perdre au chauffeur de la Toyota le contrôle du véhicule. Il a ajouté qu’il avait tenté de secourir les deux hommes avec d’autres personnes, mais ayant constaté leur mort, il avait fui, pris de panique.
Plusieurs autres accidents mortels ont eu lieu hier. Une autre victime, Joseph Atallah, est tombée à Mastita (Jbeil) quand une BMW a heurté une Range Rover. Deux militaires ont été blessés dans l’accident. Une enquête a été ouverte par la police militaire.
À Darb es-Sim, Maghdouché (Sud), une BMW conduite par Ahmad Chahine a fauché le Palestinien Moustapha Chedid. Celui-ci a été transp orté à l’hôpital dans un état critique et il est mort peu après. Un autre accident tragique a eu lieu sur l’autoroute de Chekka (Nord) : une Fiat conduite par un jeune homme, Tony Khoury, accompagné de ses parents, Jean et Leila, a heurté de plein fouet un barrage en béton. L’accident a fait un mort, Jean, alors que Tony et sa mère Leila ont été transportés à l’hôpital Mounla. Par ailleurs, six blessés, dont un sergent dans l’armée, sont tombés sur la route de Khardali, Nabatiyeh, quand une BMW et une Mercedes sont entrées en collision.
Vendredi, un nouvel épisode sanglant est venu s’ajouter à la série noire des accidents mortels à Masnah (poste-frontière avec la Syrie). Un camion frigorifique dont les freins ont lâché a percuté de plein fouet un autre poids lourd. Le chauffeur a été tué sur le coup.Impunité
L’impunité dont jouissent toujours les chauffards qui fauchent des piétons ou cause nt des accidents graves est l’une des raisons principales de l’insécurité qui continue de sévir sur les routes.
Philippe de Bustros, membre du conseil municipal de Beyrouth, en a fait l’amère expérience. Mercredi, il se dirigeait tranquillement vers son club de sport à Achrafieh quand il a été fauché par une voiture dont le conducteur est toujours en fuite, laissant le blessé sur la route entre la vie et la mort. Souffrant d’un traumatisme au crâne, Philippe de Bustros a été placé en coma artificiel pendant deux jours. Selon son cousin Cyril Bustros, « il en est sorti depuis samedi et il ouvre légèrement les yeux sans être tout à fait réveillé ». « Philippe souffre d’une fracture de l’os du rocher (dans lequel s’insère l’oreille), a-t-il indiqué à L’Orient-Le Jour. Nous craignons des conséquences à long terme. Il faudrait attendre qu’il se réveille pour s’assurer que tout va bien. Les réponses que nous donnent les m édecins sont rassurantes, mais nous restons dans l’expectative. »
Cyril Bustros nous assure que malgré les nombreuses rumeurs qui circulent et les arrestations, l’identité du chauffeur responsable de l’accident est toujours inconnue. Toutes les personnes arrêtées dans l’affaire ont été relâchées faute de preuves, et l’enquête se poursuit. « Il y avait des caméras de surveillance dans le quartier, mais les images qu’elles ont enregistrées ne sont pas claires, affirme Cyril Bustros. Les Forces de sécurité intérieure (FSI) effectuent un travail de fourmi sur l’analyse des images, seconde par seconde. Nous espérons qu’ils arriveront à un résultat. »
Il souligne que la famille compte exercer un lobbying auprès des autorités compétentes en vue de faire respecter le code de la route. « Il n’y a pas que Philippe, dit-il. Quand le crime reste impuni, les gens deviennent sans scrupules. Je suis révolté par tout ce qui se passe . »
L’hécatombe sur les routes se poursuit ainsi dans l’indifférence générale et un évident relâchement au niveau des mesures de sécurité routière.
Source: L’Orient Le Jour