Mobilisation du ministère de l’Éducation à la veille des examens officiels

Non classé

Par Sandra NOUJEIM | 07/06/2011

Échéances Des mesures logistiques et sécuritaires devront limiter la triche ; une première : 97 élèves présenteront les examens à Doha, au Qatar.

La première session des examens officiels s’ouvre demain avec les examens du brevet dans les diverses régions du pays. Le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur se mobilise pour assurer le bon déroulement des examens, tant sur les plans éducatif et administratif, que sécuritaire. Dans ce cadre, le directeur général du ministère, Fadi Yarak, a fait part à l’Agence nationale d’information de mesures logistiques prises pour l’ensemble des examens prévus, auxquels se présentent un total de 102 783 candidats (61 000 au brevet et 42 000 au baccalauréat).
Au niveau du baccalauréat, le nombre de candidats dans chaque section se présente comme suit : 20 243 aux sciences économiques (SE);13 732 aux sciences de la vie (SV) ; 5 266 aux sciences générales (SG) ; 2 675 aux lettres et humanités (LH).

Programme des examens et des résultats
Les examens du brevet se poursuivront jusqu’au 11 juin inclus, à raison de 4 heures par jour en moyenne. Les résultats sont prévus le dernier jour de juin. Par ailleurs, les examens du cycle secondaire se dérouleront du 13 au 18 juin inclus pour les deux sections SG et SV, et du 20 au 25 juin pour les deux sections SE et LH. Les résultats devront paraître le 15 juillet, pour toutes les sections.
Par ailleurs, les candidats seront répartis sur 399 centres d’examens sur tout le territoire, dont 219 pour le brevet.
Cette année, 22 nouveaux centres ont été aménagés (15 dans le Mont-Liban, 3 au Sud, 2 à la Békaa, 1 au Nord et 1 à Beyrouth). De plus, un centre a été aménagé à Beyrouth pour les personnes à besoins spéciaux. En effet, 105 élèves à besoins spéciaux se présentent cette année à l’épreuve du brevet : 7 élèves souffrent de cécité, 23 autres sont malvoyants, 18 ont un handicap auditif, 6 souffrent d’un handicap physique et 51 ont des difficultés d’apprentissage. De même, 50 élèves à besoins spéciaux ou souffrant de maladie se présentent jusqu’à cette date à l’épreuve du baccalauréat : 3 candidats souffrent de cécité, 7 sont malvoyants, 7 ont un handicap physique, 25 souffrent de difficultés d’apprentissage, un candidat est thalassémique et un autre cancéreux.

Mesures nouvelles contre la triche
En vue d’assurer un suivi du déroulement des examens, le ministère de l’Éducation a aménagé en son siège « une chambre d’opérations regroupant des fonctionnaires des Forces de sécurité interne, du ministère de l’Éducation (département des examens) et des syndicats des enseignants », a précisé M. Yarak. Cette chambre travaillera chaque jour de 6h00 à 18h00 « pour suivre de près les détails de la journée d’examen, les plaintes et les remarques éventuelles », a ajouté le directeur général. Celui-ci a appelé les parents d’élèves à déposer toute plainte possible, liée notamment au copiage ou au comportement injuste des surveillants à l’égard de leurs enfants. M. Yarak a également demandé aux enseignants et directeurs d’école de notifier le bureau de toute plainte déposée chez eux « afin que le ministère l’enregistre, l’archive et en fasse un suivi direct et immédiat ». Et d’assurer fermement : « Les auteurs de toute manœuvre de tricherie seront pénalisés et des mesures immédiates seront prises à leur encontre. »
Dans ce contexte, le directeur général a affirmé que « les recommandations de l’Inspection centrale, et non seulement ses décisions, seront prises en compte pour pénaliser les contrevenants ». S’agissant des surveillants, précisément, « des mesures de transfert ont déjà été prises à l’égard de surveillants et responsables de centres d’examens (…) dans le cadre d’une opération visant un renouvellement régulier du corps surveillant », a confié M. Yarak. Notons que le sujet d’examen n’est émis par la banque de questions que 6 heures avant le début de l’examen prévu. C’est pourquoi M. Yarak a conseillé aux élèves de bien se préparer à la session en couvrant tout le programme.
Toutes ces mesures logistiques et sécuritaires seront palpables le jour de l’examen, notamment l’interdiction à toute personne non concernée directement d’approcher le centre d’examens à moins de 50 mètres. De plus, M. Yarak a fait part de l’amélioration de l’état des centres de correction des examens, de manière à assurer un confort adapté au travail.

Le droit de tous à l’éducation
Une nouveauté intéressante cette année : les examens auront lieu pour la première fois en dehors du territoire libanais, à Doha (Qatar), « à l’initiative du ministre de l’Éducation Hassan Mneimné », a révélé M. Yarak. Une équipe du ministère est arrivée hier à Doha pour organiser et gérer la tenue des examens, auxquels se présentent 97 candidats. M. Yarak a fait part de l’existence de « près de 11 écoles libanaises dans le monde qui suivent notre cursus et nos règles académiques ». Tenir des sessions là où se trouvent des étudiants libanais ou des établissements qui mettent en application le cursus libanais « épargnerait aux candidats émigrés le voyage et valoriserait en même temps la présence du Liban à l’étranger ».
Le ministère n’a pas manqué d’œuvrer pour le droit à l’enseignement au niveau interne également. Les élèves qui, à défaut d’avoir payé leurs frais de scolarité, ont vu leur carte d’examen confisquée par la direction de leur école, pourront réclamer et recevoir cette carte directement au niveau du ministère. « C’est la justice qui se chargera ensuite du différend entre l’établissement scolaire et les parents », a estimé hier M. Yarak à la chaîne télévisée LBC.

Source: L’Orient Le Jour