Raï déplore l’irresponsabilité dans le travail politique

Non classé

25/05/2011

Le patriarche maronite Béchara Raï a déploré, hier, « l’irresponsabilité dans le travail politique », insistant sur la nécessité « de resserrer les rangs et de créer cette communion qui est au cœur de l’action patriarcale ». Le patriarche Raï s’est exprimé devant une délégation de membres du corps consulaire, venue lui rendre visite à Bkerké, présidée par le général Joseph Hbeiss. Remerciant les personnalités pour leur présence, le patriarche a insisté sur la soif des Libanais de rencontres, comme celles qui se sont déroulées à Bkerké. « Ces rencontres visent à détruire les murs que la politique a érigés entre les gens », a-t-il observé, précisant que le travail politique n’est pas un travail d’animosité ni d’alignement. « Le travail politique n’est pas non plus basé sur la pensée unique comme seule détentrice de la vérité, qui considère que le reste est faux », a-t-il dit. « C e qui se fait n’est pas du travail politique. Le travail politique n’est pas du commerce et je suis désolé de voir que la politique nous a menés là où nous sommes aujourd’hui, autrement dit à une crise gouvernementale, économique, commerciale et touristique, et à des institutions bloquées, ce qui est d’une extrême gravité », a-t-il poursuivi.

Mgr Raï a regretté que l’on prétende être un pays démocratique alors que l’avis différent est interdit. « Il est aussi interdit de leur dire de former un gouvernement », a-t-il déploré. Le patriarche maronite a estimé que tous les Libanais, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, « gardent l’espoir de l’émergence d’une nation, ce Liban message comme l’a qualifié le pape Jean-Paul II ». « Entre-temps, ils se disputent les miettes des ministères et des strapontins », a-t-il accusé. Et d’observer que le Liban a une « importante vocation, celle du vivre-ensemble dans l’égalité, le respect et la participation, car chacun a sa place au Liban ». Le patriarche a assuré, à ce propos, qu’il est « de la responsabilité de chacun de protéger ce pays qui traverse une phase maladive ».

Le patriarche maronite a par ailleurs reçu le ministre sortant du Travail, Boutros Harb, avec lequel il a évoqué la situation politique, les développements régionaux ainsi que la rencontre maronite qui se déroulera à Bkerké le 2 juin prochain. Il a également reçu l’ambassadeur de Turquie, Inan Ozyildiz, avec lequel il a discuté des relations bilatérales entre le Liban et la Turquie.

Source: L’Orient Le Jour