Le premier centre de distribution de produits équitables inauguré à Beyrouth

16/05/2011

Lors de son intervention, l’ambassadeur d’Espagne au Liban, Juan Carlos Gafo, a souligné que le concept de commerce équitable est relativement nouveau au Liban.

Lors de son intervention, l’ambassadeur d’Espagne au Liban, Juan Carlos Gafo, a souligné que le concept de commerce équitable est relativement nouveau au Liban.

Liban – Agriculture Le programme « Wataneh », de l’organisation non gouvernementale (ONG) arcenciel, contribue à soutenir un secteur laissé-pour-compte au Liban.

En présence de l’ambassadeur d’Espagne au Liban, Juan Carlos Gafo, le premier centre de distribution de produits agricoles issus du commerce équitable a ouvert ses portes vendredi dernier à Horch Tabet (Beyrouth). L’inauguration de ce centre entre dans le cadre du programme « Wataneh » de soutien aux agriculteurs, initié en 2009 par l’organisation non gouvernementale (ONG) libanaise arcenciel.
La création du centre de distribution de produits agricoles a été financée par l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (Aecid) à hauteur de 525 000 euros, en partenariat avec l’ONG espagnole AIDA (Ayuda, intercambio y desarrollo – « Aide, échange et développement »).
Lors de son intervention, M. Gafo a souligné que le concept de commerce équitable est « relativement nouveau » (au Liban), notant que « l’expérience en Espagne a été très fructueuse ». « Il s’agit d’une forme alternative de commerce qui favorise un échange commercial volontaire et juste entre producteurs et consommateurs tout en évitant les intermédiaires », a-t-il poursuivi.
« L’initiative Wataneh regroupe tous ces principes (…) Les agriculteurs pourront facilement vendre leurs produits, étant en contact direct avec le réseau de magasins répartis dans Beyrouth, souligne M. Gafo. Les produits agricoles iront directement de l’agriculteur au centre de distribution (…) afin d’être triés, classés puis distribués aux différents points de ventes », a-t-il conclu.
Le programme « Wataneh » de développement durable vise à améliorer les conditions de vie des agriculteurs en renforçant, d’une part, leur capacité à valoriser leur production et, d’autre part, en facilitant l’accès de produits garantis sans pesticides au marché local. Cette initiative ne devrait toutefois pas avoir d’impact notable sur le secteur agricole, laissé-pour-compte au Liban et qui ne représente que 5 % du produit intérieur brut (PIB).
Rappelons qu’un rapport du Centre de recherche et d’études agricoles libanais (Creal) avait indiqué l’an dernier que l’évolution de la production agricole locale ne s’est pas contentée de stagner entre 1970 et 2008 ; celle-ci a en effet reculé de 12 % durant cette période, contre une croissance de 562 % au sein de l’Union européenne (UE) ou encore de 686 % au Japon.
Source: L’Orient Le Jour