Abattage d’arbres à Tarchich : Aucun permis n’a été décerné dans la région, assure Hajj Hassan

Non classé

11/05/2011

Des troncs de chênes abattus à Tarchich, témoins du crime écologique perpétré dans les forêts de cette région. Photo NSF

Des troncs de chênes abattus à Tarchich, témoins du crime écologique perpétré dans les forêts de cette région.

L’association Nature sans frontières (NSF) a dénoncé hier l’abattage d’arbres massif qui se poursuit dans la région de Tarchich (Haut-Metn) pour la sixième année consécutive.
Au cours d’une conférence de presse, le président de NSF, Mahmoud Ahmadieh, a déclaré avoir obtenu une réponse du ministre de l’Agriculture Hussein Hajj Hassan, qui lui a assuré « que l’abattage d’arbres dans la région de Tarchich se pratique sans qu’aucun permis n’ait été décerné par le ministère ». À la question de savoir pourquoi un tel abattage se poursuivait donc, le ministre a souligné que « des forces politiques couvrent les contrevenants dans cette région ».
M. Ahmadieh a déploré que cette activité, qu’il qualifie de « massacre écologique », se poursuive impunément depuis 2005 dans les forêts de Tarchich. Il a expliqué que les contrevenants utilisent souvent des permis d’élagage pour couvrir l’abattage pur et simple des arbres. « Il y a deux ans, les nouveaux permis d’élagage permettaient la collecte de 300 tonnes de branches au lieu des 30 tonnes autorisées précédemment », a-t-il dit. « Le plus grand problème, c’est que la municipalité et certains politiciens influents couvrent ce crime », a-t-il ajouté.
L’écologiste a rappelé qu’il y a un an, « cinq personnes avaient été arrêtées par les forces de l’ordre et l’armée, et onze scies électriques saisies, mais ces personnes ont été relâchées moins de 48 heures plus tard », après que des pressions aient été exercées. Il a expliqué que les contrevenants « sont soucieux d’abattre des arbres en cercle au beau milieu de la forêt pour que leur activité ne soit visible qu’à partir du ciel ».

Source: L’Orient Le Jour