500 prisonniers de Roumieh en grève de la faim

Non classé

10/05/2011

Plus de 500 prisonniers à Roumieh ont déclenché hier matin une grève de la faim, réclamant notamment une amnistie générale. L’un des prisonniers, dans un appel téléphonique – illégal – à la Radio Liban Libre, a laissé entendre que des mesures d’escalade pourraient être prises si les demandes ne sont pas satisfaites. C’est ainsi que les prisonniers menacent de cesser de boire et de prendre leurs médicaments.

Jusque-là, la grève est « pacifique et civilisée ». Les forces de sécurité maintiennent la sécurité et contrôlent la situation, a déclaré P. Marwan Ghanem, l’aumônier général des prisons.

L’ecclésiastique a toutefois lancé un appel à l’État, estimant que « des solutions et procédures doivent être entamées, sans attendre la formation du gouvernement ».

Face à l’état de grève qui menace de s’étendre à un nombre plus important de prisonniers, les ministères de la Justice et de l’Intérieur ont délégué à la prison de Roumieh le directeur général du ministère de la Justice le juge Omar al-Natour, l’avocat général près la Cour de cassation le juge Samir Hammoud, et le commandant des FSI par interim le général Salah Gebran.

Ceux-ci ont pris note des différentes demandes des prisonniers qui, en plus de l’amnistie, sont les suivantes : une réunion avec la commission parlementaire de l’Administration et la Justice ; l’accélération des procès ; l’augmentation du nombre de médecins dans la prison ; la résolution du problème de surpeuplement des cellules ; l’amélioration de la qualité de la nourriture.

Ces demandes sont parvenues aux ministres concernés qui devront les transmettre, en vertu des procédures constitutionnelles, à la Chambre des députés, au gouvernement, aux ministères et autres responsables concernés.

Source: L’Orient Le Jour