« BrasiLiban », ou la maison des rencontres des cultures brésilienne et libanaise

Non classé

Par Zéna ZALZAL | 10/05/2011

La directrice, Héloisa Alves, met l’accent sur la vocation de carrefour culturel du centre libano-brésilien.

La directrice, Héloisa Alves, met l’accent sur la vocation de carrefour culturel du centre libano-brésilien.La directrice, Héloisa Alves, met l’accent sur la vocation de carrefour culturel du centre libano-brésilien.

Centre culturel C’est dans une belle demeure ancienne du quartier de Mar Mitr, à Achrafieh, que le centre culturel « BrasiLiban » vient de s’installer. Avec pour objectif de faire de cette adresse un lieu de rencontres et d’échanges accrus entre les cultures brésilienne et libanaise.

Vous êtes sans doute nombreux à avoir remarqué, à la rue Mar Mitr (en face des établissements Flouty), cette belle maison libanaise du XIXe qui, au fil des derniers mois, reprenait des couleurs et retrouvait sa splendeur originale. Cette bâtisse de trois étages, à la façade lie-de-vin entièrement rénovée dans le respect de sa configuration initiale, avec ses carreaux en mosaïques au sol, ses portes-fenêtres à arcades dentelées et ses plafonds peints, est aujourd’hui prête à accueillir de nombreux visiteurs… Libanais et étrangers. Car cette ancienne demeure familiale héberge désormais le centre culturel BrasiLiban*.
Premier centre culturel établi par le gouvernement brésilien au Liban et dans le Moyen-Orient, il a pour mission première, certes, de diffuser la langue et la culture brésiliennes, mais aussi d’accentuer les échanges artistiques libano-brésiliens. Lesquels, malgré l’ancienneté des rapports entre les deux peuples, ne bénéficiaient pas, au pays du Cèdre, en dehors du secteur culturel de l’ambassade, d’une institution officielle qui en soit la vitrine.
Aménagé par l’ambassade du Brésil, ce centre, délibérément baptisé BrasiLiban (pour mettre donc l’accent sur sa vocation d’échanges), ouvrira ses portes officiellement fin mai, au cours d’une cérémonie pour laquelle est attendue une haute autorité brésilienne.
Mais il est d’ores et déjà en partie fonctionnel et s’apprête à accueillir le public, dès demain, mercredi 11 mai, à sa première séance hebdomadaire de ciné-club**.

De la bibliothèque au café-bar
Parallèlement aux projections hebdomadaires (tous les mercredis à 19h00), BrasiLiban a établi un programme d’activités variées. Il propose ainsi, outre des cours de langue portugaise, des classes de danses (samba, mais aussi d’autres danses typiques, comme le forró et la lambada), d’arts martiaux (dont la fameuse capoeira et le jiu-jitsu brésilien), de piano et chant choral, ainsi que des initiations à la gastronomie brésilienne. «Car il ne faut pas sous-estimer l’importance de la culture culinaire d’un pays. À titre d’exemple, nous avons pas mal de plats brésiliens qui sont d’origine libanaise, comme une certaine forme de « kebbé » et de « sfiha »», soutient la directrice du centre, Héloisa Alves, qui se chargera elle-même de dispenser les cours de cuisine.
Bibliothèque, médiathèque, écrans de projection, salles de cours, salles de danses, vestiaires, jusqu’au café-bar doté d’une jolie terrasse en jardin, où les visiteurs pourront déguster toutes sortes de mets et de produits typiques du Brésil, du café à la guaraná (boisson gazeuse aux extraits de fruits amazoniens)… Les différents espaces sont fins prêts pour accueillir le public. Lequel public sera, également, gracieusement convié aux manifestations et événements ponctuels : expositions, concerts, conférences, cafés littéraires d’artistes brésiliens et libanais qui seront organisés en cours d’année.
«Le centre prétend également développer sa vocation de carrefour entre les mondes académiques du Brésil et du Liban à travers une mise en contact entre universités et étudiants des deux pays», annonce Héloisa Alves. La directrice indique aussi avoir prévu de consacrer les matinées des samedis aux activités pour les plus jeunes: des contes et légendes du Brésil leur seront dispensés dans les deux langues, arabe et portugaise, ainsi que des projections de films et des animations diverses. Un espace, salle de jeu et bibliothèque, leur a d’ailleurs été spécialement aménagé.
«Tout comme le ciné-club du mercredi, les expositions, les conférences et les spectacles musicaux, l’accès aux activités pour enfants est ouvert à tous et entièrement gratuit», indique la directrice qui souligne que seuls les cours réguliers seront payants. Insistant sur la vocation d’échange et d’ouverture à tous de ce centre, «qui s’adresse à tous les Libanais et pas seulement à ceux qui ont des liens affectifs et familiaux avec le Brésil», Mme Alves signale qu’il propose « des cours de langue arabe parlé à tous les étrangers désireux d’apprendre la langue libanaise».
Bref, à l’image des deux pays qu’il relie, qui pratiquent joyeusement la convivialité, le centre BrasiLiban se propose d’être une maison de rencontre des cultures largement ouverte à tous. Un lieu à découvrir!

* Rue Mar Mitr, imm Trad. Informations aux : 01/322905-6-7 ou centreculturelbresiliban@gmail.com

** Au programme de ce soir : le film « Bossa Nova », du réalisateur Bruno Barreto – 97 minutes, sous-titres anglais, à 19h00.

Source: L’Orient Le Jour