Festival international de Byblos 2011 : une programmation jeune, variée et de qualité

Non classé

27/04/2011

Vue de la conférence de presse. (DR)

Conférence de presse Du 28 juin au 22 juillet, le Festival international de Byblos propose huit spectacles* de qualité. Et comme toujours, majoritairement et résolument adressés aux jeunes ! La programmation de l’édition de 2011 a été dévoilée à la presse au cours d’une conférence tenue à l’hôtel Byblos sur Mer, en présence des ministres du Tourisme et de la Culture du gouvernement sortant, MM. Fadi Abboud et Salim Wardy.

À l’instar des différents festivals internationaux du pays, le Festival international de Byblos représente le «visage culturel» du Liban. C’est pourquoi son comité, présidé par Latifé Lakkis, met tout en œuvre, avec la collaboration du producteur Nagi Baz, afin qu’il se maintienne, avec un évident souci de qualité, envers et contre tous les écueils politico-économiques ou régionaux. «À l’instar des années précédentes, l’édition de l’été 2011 sera éclectique et particulièrement tournée vers les jeunes, auxquels elle offrira une variété de musiques occidentales. Une participation libanaise est également prévue avec une soirée classique réunissant des interprètes libanais et européens et un Don Quichotte adapté en musical par Ghadi, Marwan et Oussama Rahbani», a indiqué, en substance, la présidente du festival. Elle a également évoqué la tenue du désormais traditionnel Off Byblos Festival, qui animera, cette année aussi, les rues et les places de la ville avec des manifestations, concerts et expositions de jeunes talents libanais et étrangers.

«Ce qui distingue le festival de Byblos, c’est justement son caractère festif qui s’étend à toutes les rues de Jbeil», a soutenu, pour sa part, le ministre Abboud en relevant le rôle certes culturel, mais également économico-touristique de ce rendez-vous estival annuel qui attire des visiteurs de toutes les régions du pays. Abondant dans le même sens, le ministre de la Culture, Salim Wardy, a insisté sur l’importance accordée au cours de son mandat au tourisme culturel. Il a également rappelé que Byblos, avec ses 8000 ans d’histoire, est la plus ancienne cité habitée du monde et qu’elle représente le vrai visage du Liban, celui de l’ouverture, de la culture et de la civilisation.

Byblos qui accueillera cette année donc les têtes d’affiche suivantes:

Mardi 28 juin: Don Quixote
C’est par ce musical signé Marwan, Ghadi et Oussama Rahbani, bien évidemment inspiré du fameux roman de Cervantès, que s’ouvrira le festival de Byblos cet été. Il sera présenté 5 soirs de suite jusqu’au 3 juillet.
Interprétée, entre autres, par Rafic Ali Ahmad, Hiba Tawaji et Paul Sleiman, ainsi que par une flopée de comédiens, chanteurs et danseurs, cette comédie musicale est une adaptation à la sauce libanaise du roman de Cervantès. «Un texte considéré comme l’une des grandes œuvres du répertoire littéraire mondial et comptant parmi les premiers récits parodiques de chevalerie. Et dont nous avons choisi d’accorder justement l’esprit satirique et rêveur au contexte libanais», a signalé Ghadi Rahbani qui signe le livret et les paroles du musical.
Cette coproduction du festival de Byblos et des Rahbani s’inscrit donc dans la lignée des «musicals rahbaniens» présentés depuis 2005 avec son souffle contestataire et son show promettant des innovations au niveau de la mise en scène, de la chorégraphie et des costumes.

Mardi 5 juillet: Moby
Il est l’une des icônes de la musique électronique. Artiste éclectique, Moby, alias Richard Melville Hall (lointain descendant d’Herman Melville, d’où son surnom inspiré de «Moby Dick»), évolue depuis une quinzaine d’années dans un domaine à la fois électro et acoustique, mêlant les ambiances pop, rock et country aux samples. Avec neuf albums à son actif, dont Play, succès planétaire en 1999, vendu à 10 millions d’exemplaires, des tubes comme Go repris dans des publicités, des bandes originales de films hollywoodiens (Heat, Le saint ou Le cinquième élément) et des collaborations avec des artistes célèbres (dans les années 90, il a été remixeur pour Michael Jackson, les Pet Shop Boys, Prodigy ou encore Dépêche Mode), Moby compte parmi les musiciens les plus créatifs de sa génération. Outre ses chansons qui sont déjà considérées comme des classiques de la pop, ses concerts sont réputés pour dégager une énergie folle. De quoi faire de son passage avec son groupe à Byblos, sans doute, l’un des moments forts de l’été 2011.

Mercredi 6 et jeudi 7 juillet: Scorpions
Faut-il présenter ce légendaire groupe allemand de rock, l’un des pionniers de la «Power Ballad» qui, quarante ans après ses débuts, reste l’un des plus gros vendeurs mondiaux du genre?
Cette formation aux tubes mythiques comme Wind of Change, Still Loving You, Rock You Like Hurricane ou encore Send Me An Angel; ces maîtres des riffs et des arpèges dont chaque concert offre un grand moment d’émotion; ces «princes du rock» reviennent au Liban, 15 ans après leur dernier passage au Forum de Beyrouth. Et à quelques mois de leur retraite de scène annoncée pour 2012.
C’est dans le cadre de leur ultime tournée d’adieux, enclenchée en 2010, que les Scorpions se produiront à Byblos au cours de deux concerts, les 6 et 7 juillet, qui promettent d’être exceptionnels.

Samedi 9 juillet: Florent Pagny
Une des plus belles voix de la chanson française! Auteur, chanteur, compositeur et acteur, Florent Pagny se produira à Byblos dans une sorte de double formule spéciale: en partie accompagné d’un orchestre complet et en partie en formation acoustique, avec juste un piano et une contrebasse. Outre les grands tubes de son répertoire personnel jalonné de succès comme Savoir aimer, Ma liberté de penser ou encore son interprétation de Caruso, le rebelle-romantique de la chanson française interprétera des titres de son dernier album Tout et son contraire, concocté avec ses complices de toujours, Calogero, Obispo, Daran et Lavoine, dont il fait la promotion actuellement dans une tournée qui se clôturera justement à Byblos. Au programme également de son tour de chant : de grands classiques de Piaf, Montand, Brel, Aznavour ou encore Brassens.

Mardi 12 juillet: Jamie Mc Cullum
Pianiste virtuose, au toucher funky et au groove nerveux, crooner incomparable, à la voix chaude et rauque, Jamie Mc Cullum, à tout juste trente et un ans, est devenu, en l’espace de dix ans, une figure emblématique du jazz international, révélé mondialement en 2003 par l’incontournable Everlasting Love. Auteur, compositeur et multi-instrumentiste, il est le trait d’union qui manquait entre le jazz et les différents styles musicaux: pop, dance, rock, classique… Son credo : mélanger la subtilité du jazz et en particulier les standards éternels qu’il adore, à l’évidence de la musique pop, qu’il apprécie également.
Artiste charismatique, Jamie Mc Cullum promet au public libanais une soirée mémorable avec son jazz au souffle nouveau. Et jeune !

Samedi 16 juillet: Thirty Seconds To Mars
Avis aux fans des frères Leto : Jared le chanteur et guitariste (ex-acteur, dans Fight Club, notamment), Shannon le batteur et leur acolyte à la guitare et aux claviers Tomo Milicevic se produiront «live» pour la première fois au Liban, sur la scène du festival de Byblos. Le trio fondateur des «Thirty Seconds To Mars» (en référence à une thèse écrite par un professeur de Harvard sur le progrès scientifique), groupe de rock alternatif parmi les plus populaires de la planète, offrira un concert unique, dans le cadre de l’énorme tournée promotionnelle dédiée à leur dernier album This Is War. Le troisième depuis 1998, date de la création de ce groupe américain à l’univers inclassable. Un trio qui, outre ses disques de platine et d’or aux États-Unis et en Grande-Bretagne et ses singles (The Kill et From Yesterday) qui passent en boucle sur MTV, se distingue par la relation rapprochée qu’il entretient avec ses fans, qu’il met à contribution aussi bien pour la réalisation de la couverture de This Is War que pour certaines de ses sonorités issues de leurs applaudissements, chants ou… battements de cœur.

Mercredi 20 juillet: Amadou et Mariam
C’est une soirée festive et voyageuse qu’offriront aux festivaliers de Byblos Amadou et Mariam, le duo de chanteurs maliens longtemps surnommé «le couple aveugle du Mali».
Ces deux talentueux artistes, qui se sont rencontrés en 1977 à l’Institut des jeunes aveugles de Bamako, se sont fait connaître mondialement grâce à leurs collaborations successives avec Manu Chao et Damon Albarn. Mais leurs chansons naïves et émouvantes, mêlant guitare électrique, mélodies entraînantes et rythmes africains, ont vite fait de s’imposer aux sommets des charts, remportant dans la foulée une Victoire
de la musique et deux BBC Radio 3 Awards dans la catégorie World Music. À partir de là, le succès est au rendez-vous.
Et depuis, d’hymnes de Coupes du monde (en 2006 en Allemagne, puis en 2010 aux côtés de Shakira, Alicia Keys, Black Eyed Peas…) en premières parties de concerts de groupes célébrissimes comme les Blur, à Hyde Park, ou les Coldplay, en tournée pour «Viva la Vida», ils apportent partout où ils passent – accompagnés de leurs 7 musiciens – leur énergie positive et festive.

Vendredi 22 juillet: Les mystères lyriques
C’est avec «Les mystères lyriques», une «introduction ludique à l’opéra» que se clôturera la XXe édition de ce festival. Il s’agit d’un spectacle interactif incarné, sur scène, par la soprano Samar Salamé, le baryton Fady Jeanbart et le contre-ténor Fabrice Di Falco, accompagnés d’une trentaine de musiciens et dans le déroulement duquel interviendra le public.
Officiant en maître de cérémonie, l’acteur et chanteur Gianni de Feo passera parmi les spectateurs avec des cartes de tarot pour leur donner le choix entre une sélection d’arias de Mozart, Haendel, Offenbach ou Ravel.

* Toutes les soirées débutent à 20h30.
Billets en vente au Virgin Ticketing Box Office.

Source: L’Orient Le Jour