Raï se rend sur la tombe de saint Charbel, puis célèbre le jeudi saint à Bkerké

Non classé

22/04/2011

Le patriarche Raï durant la messe du jeudi saint à Bkerké, commémorée pour marquer le lavement des pieds des disciples. Photo Emile Eid

Le patriarche Raï durant la messe du jeudi saint à Bkerké, commémorée pour marquer le lavement des pieds des disciples.

Fidèle à une tradition remontant à l’époque où il était évêque de Jbeil, le patriarche maronite Béchara Raï s’est rendu hier, jeudi saint, au couvent d’Annaya, gardien de la tombe de saint Charbel , le plus célèbre des saints maronites. Il y a rencontré les moines du couvent et s’est rendu à l’ermitage des Saints-Pierre-et-Paul, où saint Charbel a passé les vingt-cinq dernières années de sa vie.

Le patriarche a exhorté les prêtres et moines du couvent à suivre l’exemple lumineux de saint Charbel et à rester fidèles, comme il l’a été de manière exemplaire, au triple sacerdoce qu’ils portent, en tant que chrétiens : « Le sacerdoce commun des fidèles, le sacerdoce ministériel de leur ordination et enfin celui de leur consécration monastique. » Il a salué le supérieur général de l’ordre libanais maronite, le P. Tannous Nehmé, qui l’accompagnait, ainsi que les moines du couvent et leur a demandé d’être « porteurs d’espérance dans leur entourage, dans les paroisses et les couvents ».
Par ailleurs, le patriarche a révélé que sa devise « communion et amour » est toute imprégnée du mystère de l’Eucharistie. « Il est nécessaire d’édifier la communion dans les relations fraternelles, la famille, la paroisse, la société et la patrie », a-t-il affirmé.
L’après-midi, le patriarche a célébré la messe du jeudi saint, commémorée pour marquer le lavement des pieds des disciples ainsi que l’institution, par le Christ, des sacrements du sacerdoce et de l’eucharistie.
Au sujet de la coutume consistant à visiter sept églises, le patriarche a souligné qu’elle est liée au souvenir des sept sacrements.
L’exposition du Saint-Sacrement, elle, se fait en souvenir des moments d’agonie vécus par le Christ à Gethsémani, au cours desquels il a demandé aux apôtres de « veiller avec lui », a ajouté le patriarche.
Source: L’Orient Le Jour