Cinquième rencontre islamo-chrétienne « autour de Marie », à Jamhour, pour la fête nationale de l’Annonciation

Non classé

Par Marlène AOUN FAKHOURI | 28/03/2011

Une importante et symbolique cérémonie religieuse a été organisée vendredi dernier, jour de l’Annonciation, et pour la 5e année consécutive, en l’église du Collège Notre-Dame de Jamhour. Au cours de cette cérémonie, organisée par l’amicale des anciens, chrétiens et musulmans, « ensemble autour de Marie, notre Dame », ont élevé des prières à la Vierge. Chants, poèmes, témoignages et interventions ont fait de cette rencontre, consacrée désormais fête officielle chômée, un événement national, ouvrant la voie à une nouvelle culture mariale islamo-chrétienne.

Le père Adolpho Nicolas, supérieur général de la compagnie de Jésus, invité principal, en tournée au Liban à l’occasion de cet événement, a voulu par sa présence témoigner de la nécessité du dialogue entre l’islam et le christianisme : « Le dialogue est notre humble reconnaissance que nous avons toujours besoin de chercher et d’apprendre les uns des autres, dans ce long voyage vers Dieu… »

La cérémonie a débuté sur une musique de spiritualité : les sons des cloches ont épousé ceux du muezzin. Un Ave commun exprimant cette union a inauguré solennellement la rencontre, suivi de la Fatiha et du Notre Père, entamés d’une même voix par l’assemblée.

M. Nagy Khoury, secrétaire général de l’amicale des anciens de Jamhour, et un des initiateurs principaux de la rencontre, a mis l’accent, dans son mot d’accueil, sur le fait que « notre révolution, révolution d’ouverture vers l’autre, de respect de l’autre, est une révolution qui appelle l’amour, en cette période d’épreuves et de soulèvements par laquelle passe notre Orient arabe… ».

Le père Bruno Sion, s .j, recteur du Collège Notre-Dame de Jamhour, prenant à son tour la parole, a exprimé sa joie et sa fierté d’accueillir cette cinquième rencontre autour de Marie au collège, et de fêter ensemble l’Annonciation.

Après un duo de prière chantée (cheikh Khaled Yamout et père Amid Maaz), le Dr Mohammad Nokkari, juge auprès du tribunal chérié, autre initiateur principal de la rencontre, est intervenu sur le thème de la « modestie » et a souhaité au nouveau patriarche Béchara Raï les vœux les plus sincères de réussite dans sa mission paroissiale et nationale ainsi que dans ses efforts visant à porter très haut le fanion de la fête de l’Annonciation, en la propageant afin qu’elle devienne un événement islamo-chrétien mondial.

Ghada Chbeir a entonné par la suite une variété de chants syriaques, cheikh Samy Aboulmouna a lu son poème dédié à la Vierge Marie, et Samar Salamé, soprano, a soulevé une vague d’émotion par son Ave Maria de Schubert….

Après divers chants à Marie et des prières rédigées communément pour l’occasion, un témoignage de cheikh Fouad Khreiss et une présentation de la Vierge chez les druzes, de cheikh Ghassan Bou Diab, un message du président de l’Uniapac (Union internationale des associations de patrons chrétiens), M. Pierre Lecoq, a suivi. Avant de laisser la place aux derviches tourneurs, dont le spectacle en a émerveillé plus d’un, 17 hommes et femmes, représentant les différentes communautés au Liban, ont clôturé la cérémonie par une prière d’intercession commune, dans une communion d’harmonie et un recueillement émouvant. Preuve encore une fois – à une époque où l’on parle de plus en plus de conflit de religions et de cultures – que le Liban est l’exemple du dialogue et de la coexistence, rendant réelle sa vocation de « pays message », rappelant cette fameuse phrase de feu le pape Jean-Paul II : « Le Liban est plus qu’un pays ; c’est un message de liberté et un exemple de pluralisme pour l’Orient comme pour l’Occident. »

Source: L’Orient Le Jour