Kahwet el Ezez tire sa révérence

Non classé

05-01-2011 | par M.-J. D. | source: CDL, AFP

Le café mythique de Gemmayzé, Kahwet el Ezez, n’est plus.. ou presque ; ce 5 janvier 2010, le café tel que le connaissent les habitants de la rue Gouraud fermera ses portes. Mais d’autres locaux, situés à Antelias, sont opérationnels depuis avril 2010, et prendront la relève.

« Depuis que j’ai perdu la bataille juridique avec le propriétaire de l’immeuble, Massoud Renno, en 2007, je savais que ce n’était plus qu’une question de temps », explique Angèle Abi Haïdar, propriétaire du nom Kahwet el Ezez et gérante de l’endroit.

C’est son grand-père qui avait ouvert le café (appelé Kahwet el Ezez -ou café des glaces- en raison de ses nombreuses vitres) dans son emplacement actuel en 1951. A l’époque uniquement réservé aux hommes, le café est vite devenu le lieu de rencontre des intellectuels et hommes politiques de tous bords, venus y débattre politique et idées, y jouer aux cartes et au tric trac, et y fumer des narguilés. Riad el Solh, ancien Premier ministre libanais, Camille Chamoun, ancien président de la république, Pierre Gemayel fondateur de parti phalangiste, et plus récemment le fils de l’Emir Fahd se sont assis sur ses chaises de paille. « Même pendant les moments les plus forts de la guerre civile, le café n’a pas fermé ses portes », se souvient Abi Haïdar.

En 1997, l’immeuble est racheté par Massoud Renno (détenteur de l’hôtel Hilton au Liban) ; commence alors une longue bataille juridique entre le nouveau propriétaire et les locataires, à propos du loyer à payer et « beaucoup d’autres sujets » selon Renno.

En 2001, Angele Abi Haïdar prend en charge l’exploitation du café : elle le rénove, y introduit des groupes de musique : « notre artiste phare, le joueur de oud Joseph Issa, a déménagé avec nous à Antelias », affirme-t-elle.

En 2007, après avoir perdu le procès sur « une question technique », Angele Abi Haïdar négocie trois ans de bail supplémentaire, et commence à chercher des locaux ailleurs. « Les restaurants et les pubs qui ouvrent maintenant à Gemmayzé nécessitent des investissements à hauteur d’un million de dollars, je ne peux pas me permettre cette somme », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Dans les nouveaux locaux d’Antelias, la propriétaire projette d’organiser de nombreux événements culturels, salons littéraires, etc. « Nous voulons que nos enfants connaissent Feirouz, Oum Kalsoum, Abdel Wahab, c’est notre culture. » Quant à l’emplacement actuel, son propriétaire affirme qu’un nouveau restaurant y ouvrira bientôt ses portes, une fois qu’il aura terminé les travaux de restauration de l’immeuble.

En attendant, le groupe Save Beirut Heritage, dont l’objectif est la préservation du patrimoine libanais, organise ce soir à Kahwet el Ezez une soirée d’adieu ; au programme, les groupes de musique Zeid and The Wings, Adonis et Tina Yamout.

Source: Le Commerce du Levant