Ixsir : les vignes libanaises de Carlos Ghosn

Non classé

Depuis 2007, le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, est actionnaire d’Ixsir, une propriété viticole de 66 hectares qui parie sur le boom des vins libanais.

La parcelle d'Ainata Bekaa, propriété de Carlos Ghosn. © Sdp Ixsir

Au cœur de la vallée de la Bekaa, la viticulture au Liban est en pleine renaissance. En une décennie, le nombre de nouveaux vignobles a été multiplié par six et certains d’entre eux commencent à se faire un nom à l’étranger.

Sa parcelle de Niha Bekaa. © SdP Ixsir

Originaire du Liban, Carlos Ghosn est depuis 2007 un des premiers actionnaires d’Ixsir. C’est une propriété de 66 hectares dont les vignes sont réparties entre Batroun, au nord du pays, Jezzine au sud et les coteaux de la Bekaa. Cultivées suivant les principes de l’agriculture raisonnée, les parcelles de vignes sont plantées avec de nombreux cépages différents qui vont du cabernet sauvignon, au syrah, en passant par le tempranillo, le caladoc ou encore le merlot.

Les vendanges se font à la main et en cagettes de 18 kilos. La vinification, elle, est centralisée dans une cave située sur les hauteurs de Batroun. Ses associés sont d’anciens vignerons bordelais et libanais. Pour bien faire, il s’est attaché les services d’un consultant de luxe en la personne d’Hubert de Boüard, le copropriétaire du célèbre Chateau Angelus à Saint Emilion.

Sa parcelle de Pic Jezzine. © SdP Ixsir

Le premier millésime du domaine de Carlos Ghosn a été commercialisé en avril dernier sous la marque Ixsir. Et pour écouler sa production annuelle de 600 000 bouteilles, le PDG de Renault mouille sa chemise. Il s’est ainsi rendu en personne à la Semaine des Primeurs de Bordeaux en 2010.

Un investissement passionné on s’en doute de la part du PDG de Renault-Nissan qui porte ses fruits puisqu’il accumule ces derniers mois les honneurs des concours de vin au Liban et les bonnes notes de la part des critiques. De bonne augure donc pour populariser sa gamme qui comprend aussi bien des vins blancs, que rouges ou rosés.

Eric de Legge. Source: Le Journal du Net.