Forward Music, toujours de l’avant

Non classé

Par Colette KHALAF | 05/01/2011

« Last Communiqué », un album signé Forward Music.

« Last Communiqué », un album signé Forward Music.

Musique Depuis que la boîte de production Forward Music est née en 2000, le seul mot d’ordre était le métissage, mais surtout la qualité de la musique arabe et libanaise qui en portait le label. Actuellement, la boîte confirme sa présence sur le marché libanais.

Pour Forward Music, il fallait prouver que la musique libanaise n’était pas seulement celle qu’on écoutait sur les ondes de radio, la popularisée, la triturée, la massacrée, celle qui se fait pendant deux heures dans un studio, mais des albums bien réfléchis qui se cuisinent pendant un an parfois.
Aujourd’hui plus que jamais, la musique émergente est importante et vivante au Liban. Il faut donc la mettre à l’honneur. Orientaux, mais émaillés d’occidentalisme, contemporains, mais ne reniant jamais les sources, les nouveaux crus de la chanson orientale portent le nom de Forward Music.
Tel est l’objectif de cette maison qui veut prouver au monde que les chansons en langue arabe peuvent s’adapter à des rythmes occidentaux. «Forward Music avance à petits pas, mais à pas sûrs, ajoute Karim Dagher, directeur du label. La maison ne cherche pas à créer des tubes, mais à produire une bonne musique et à la faire connaître dans toute sa singularité. Toujours à l’écoute pour savoir fusionner, nous sommes toujours en quête de nouveautés pour être à la pointe de ce qui se passe à l’étranger.»

Multifonctions
Forward Music, qui cumule plusieurs rôles, puisqu’elle est à la fois productrice, distributrice, manager d’artistes produits par le label, s’occupe aujourd’hui de plus d’une quinzaine d’artistes libanais (comme Charbel Rouhana, Fareeq el-Atrach, Ziad Sahhab…) et d’une dizaine d’autres, arabes évidemment, égyptiens, palestiniens et syriens. « Nous sommes un label indépendant et peu importe pour nous le chiffre d’affaires, l’essentiel est de faire connaître l’artiste, souligne encore Dagher. Nous venons d’acquérir un certain nombre de produits, notamment des CD de la société Incognito et nous essayons de grandir avec le temps. D’ailleurs, l’équipe s’est élargie, et si chacun de nous occupe une fonction précise, sous la direction de Ghazi Abdel Baki (la hiérarchie n’existe pas à proprement dit chez nous), notre but commun est de diffuser cette musique.»
C’est à travers les albums et les concerts (qui sont à leur tour soutenus par le ministère de la Culture) que Forward Music appuie ses chanteurs et musiciens.
Malgré toutes les difficultés qu’a connu cette boîte – il a fallu parfois arrêter certains concerts, comme l’an passé en raison d’événements dans le pays -, Forward Music va toujours de l’avant et prépare un programme qui, semble-t-il, va surprendre plus d’un.

Source: L’Orient Le Jour