Sélim Sayegh dresse un bilan d’une année passée aux AS : 100 villages visités et concertations avec 200 municipalités

Non classé
10/12/2010
Le ministre des Affaires sociales, Sélim Sayegh, s’est félicité hier de ce qu’il a pu accomplir, à travers son département, en un an de présence et de travail assidu.
M. Sayegh a attribué ses réalisations à sa conviction d’appartenir à « une école politique », le parti Kataëb, fermement attaché aux « principes de la justice sociale ».
Le ministre a énuméré comme suit les principes sociaux qui lui servent de repères d’action : partir de l’homme pour arriver à l’homme ; passer du principe de l’aide sociale à celui de croissance sociale ; replacer le ministère des Affaires sociales au cœur de ce développement ; consolider le partenariat public-privé ; agir sur base de la centralité de la famille ; inciter les communautés religieuses à participer au développement social ; établir une stratégie sociale complète ; conclure un pacte social en insufflant une mentalité participative aux principaux partenaires sociaux (associations civiles, partis et associations économiques).
Pour mettre en œuvre ces principes, M. Sayegh assure qu’il n’est pas resté derrière son bureau et qu’il s’est donné comme priorité de visiter toutes les régions, accordant la priorité à la lutte contre la pauvreté, le handicap physique et mental, l’enfance maltraitée, avec une attention particulière aux enfants de rue (précocement livrés au marché du travail, ou vulnérables à la toxicomanie), et au troisième âge.
C’est ainsi que M. Sayegh a annoncé avoir visité, en un an, cent villages, reçu 275 associations libanaises et les représentants de plus de 200 municipalités. Des rendez-vous ont été accordés à plus de 2 500 solliciteurs, plus de 600 autres étant prévus dans les semaines qui viennent, a-t-il ajouté.

Un ministère sans fonctionnaires
Et tout cela, malgré un handicap administratif majeur : la vacance de plus de 85 % du cadre de son ministère, chiffre auquel il faut ajouter celui de la vacance à 40 % des postes dans les centres régionaux relevant du ministère. C’est donc avec une fierté justifiée que M. Sayegh a annoncé avoir recruté, sur concours du Conseil de la Fonction publique, une cinquantaine de nouvelles assistantes sociales pour son département.
L’ensemble de ces centres bénéficient d’un budget annuel de 15 milliards de livres, dont M. Sayegh a demandé le déblocage sans retard. La création de 15 nouveaux centres régionaux a par ailleurs été décidée, dont plus de la moitié fonctionnent déjà.
Au nombre des réalisations dont il a affirmé pouvoir se vanter, Sélim Sayegh a cité l’interdiction de fumer mise en œuvre à l’intérieur du ministère des Affaires sociales.
M. Sayegh a également annoncé la mise en œuvre d’un programme d’assistance aux familles libanaises vivant bien en dessous du seuil de pauvreté, à l’identification desquelles plus de 350 assistantes sociales ont participé. Le plan, qui s’étale sur les années 2010-2011, sera financé conjointement par l’État libanais, la Banque mondiale, l’Italie et le Canada.
En outre, M. Sayegh a brièvement évoqué les autres programmes à mettre en œuvre en 2011 : installation d’une hotline pour la prévention de la maltraitance des enfants, instauration de villes amies des enfants, mise en œuvre d’un programme de coopération avec l’Unicef pour la région du Akkar, coopération accrue avec les juges d’enfants, sans compter un plan national de protection contre les dangers de l’Internet pour les enfants (crimes d’incitation de mineurs à la débauche).

Source: L’Orient Le Jour