Le sultan Qabous d’Oman, grand mélomane, construit un opéra à Mascate

Non classé

05/12/2010

La presse est  autorisée à jeter un coup d'oeil sur le chantier de l'extérieur mais l'accès  à l'intérieur du bâtiment en plein aménagement lui reste interdit. /

La presse est autorisée à jeter un coup d'oeil sur le chantier de l'extérieur mais l'accès à l'intérieur du bâtiment en plein aménagement lui reste interdit.

Musique classique Le sultan Qabous d’Oman, grand mélomane, édifie à Mascate un temple dédié à la musique classique unique en son genre dans la péninsule arabique: une maison d’opéra dans la pure tradition italienne.

« Ce sera un véritable opéra italien du XVIe siècle », souligne la directrice générale de la Maison d’opéra royale de Mascate, Iman Hindawi, en marge des célébrations fin novembre des quarante ans de règne du sultan Qabous.
Dans ses bureaux encore installés dans les baraquements du chantier en plein coeur de Mascate, cette Jordanienne qui a étudié la direction artistique aux États-Unis promet pour l’ouverture, prévue en octobre 2011, un « évènement musical mondial de premier plan ».
Mais elle ne veut rien divulguer sur la programmation de la première saison, rappelant simplement qu’une saison dite d' »avant lancement » de l’Opéra royal est en cours dans différents autres lieux de spectacle de la ville.
Les ouvriers s’affairent à l’extérieur pour achever l’impressionnant bâtiment aux murs entièrement recouverts d’une pierre rose pâle extraite dans une carrière locale.
La structure, imposante, reste cependant en harmonie avec l’environnement immédiat fait de bâtiments officiels dont celui du ministère des Affaires étrangères.
« Tout le monde croyait que l’ouverture aurait lieu à l’occasion des quarante ans de règne du sultan mais le fait est que le chantier avance à son propre rythme et que nous serons prêts pour octobre 2011 », indique Mme Hindawi.
Le projet a été lancé en 2001 lorsque le sultan a donné pour instruction de construire à Mascate une maison d’opéra digne de ce nom, alors que les concerts de musique classique se tenaient dans différents auditoriums, dont celui du prestigieux hôtel Bustan.
Actuellement, quelque 1 500 personnes travaillent sur le site, a récemment indiqué à la presse le directeur du projet Hamid al-Ghazali, précisant qu’il existe 40 sous-traitants impliqués dans le chantier et que « parfois coordonner leurs interventions n’est pas chose facile ».
Mais si la presse est autorisée à jeter un coup d’oeil sur le chantier de l’extérieur, l’accès à l’intérieur du bâtiment en plein aménagement lui reste interdit.
Mme Hindawi montre quelques croquis et impressions d’artiste sur l’intérieur de la salle qui laisse supposer une superbe décoration dans les tons sang et or mais la primeur de la découverte de l’aménagement sera réservée au sultan.
« C’est le secret le mieux gardé de Mascate », souligne une collaboratrice de Mme Hindawi qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat.
Le coût du projet n’a jamais été communiqué.
Tout ce que l’on sait, c’est que la loge royale offrira la meilleure vue sur la scène, dont la hauteur sous plafond atteint 32 mètres, et que la salle modulable a été conçue pour accueillir 1 100 spectateurs en mode concert et 850 en mode théâtre.
Passionné de musique, le sultan Qabous avait ordonné la création il y a vingt ans d’un orchestre de musique classique qui compte aujourd’hui, selon Mme Hindawi, une élite de musiciens omanais qui se produisent partout dans le monde.
Depuis un an, la radio publique a lancé « Oman Classic », une radio dédiée à cette musique qui se fait de plus en plus d’adeptes dans le sultanat et un orchestre philharmonique est en formation avec de jeunes talents, tous omanais.
La Maison d’opéra est édifiée sur 80 000 m2 dont la moitié sera aménagée en jardins. Un mini-théâtre, des restaurants et des magasins de luxe complèteront l’ensemble de ce qui se veut une véritable maison d’opéra, dont la seule soeur au monde arabe se trouve à des milliers de kilomètres, plus précisément au Caire.
Source: L’Orient Le Jour