Gabriel Yared reçoit les honneurs de l’Académie européenne du cinéma

07/12/2010

C’est Juliette Binoche qui a remis le trophée européen à Gabriel Yared.

C’est Juliette Binoche qui a remis le trophée européen à Gabriel Yared.

Le compositeur d’origine libanaise Gabriel Yared a reçu, lors d’une standing ovation, les honneurs de l’Académie européenne du cinéma au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée à Tallinn, en Estonie, capitale européenne de la culture cette année.

C’est l’actrice française Juliette Binoche qui a remis le Prix de la contribution européenne au cinéma mondial au compositeur en cette 23e cérémonie des Prix du cinéma européen.
Yared, à qui l’on doit, entre autres, la bande-son des films Le Patient anglais ou Le Talentueux M. Ripley, était également l’invité d’honneur d’un concert spécial pour musique de films avec l’Orchestre philharmonique de Bruxelles.
Musicien autodidacte, Gabriel Yared a commencé sa carrière en composant, orchestrant et produisant les chansons de différents artistes populaires français, italiens et brésiliens, comme Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Johnny Halliday, Mina et Françoise Hardy. Il a également composé beaucoup de musiques de ballet, de jingles et de génériques musicaux pour la télévision, la radio et la publicité. Il a écrit sa première musique de film en 1980 pour Sauve qui peut la vie de Jean-Luc Godard et depuis dédié la majorité de sa carrière à la musique de films. Il a écrit la musique de 37°2 le Matin (1986) de Jean-Jacques Beineix, Camille Claudel (1988) de Bruno Nuytten, Vincent et Théo (1990) de Robert Altman et L’amant (1991) de Jean-Jacques Annaud, qui lui a valu un César. Gabriel Yared a collaboré avec Anthony Minghella pour Le Talentueux M. Ripley (1999), Retour à Cold Mountain (2003) et Le Patient anglais (1996), pour lequel il a remporté pratiquement tous les prix possibles, notamment un Oscar, un Golden Globe, un Bafta et un Grammy. En 2006, il a été nommé aux European Film Award pour La vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck. Parmi son impressionnant travail, citons La Cité des Anges (1998) de Brad Silberling, Une bouteille à la mer (1999) de Luis Mandoki, Azur et Asmar (2006) de Michel Ocelot, Adam Resurrected (2008) de Paul Schrader, Amelia de Mira Nair et Coco Chanel et Igor Stravinsky de Jan Kounen (tous deux en 2009)…
Parmi les autres lauréats de la cérémonie à Tallinn, figure l’acteur suisse Bruno Ganz, 69 ans, récompensé pour l’ensemble de sa carrière.
Sylvie Testud a décroché le trophée de la meilleure actrice pour Lourdes.
Mais le grand sacre de la soirée reste Roman Polanski et son film The Ghost Writer qui a remporté le trophée du meilleur film. Le thriller politique a quasiment fait carton plein en raflant cinq autres trophées après sept
nominations.
The Ghost Writer, qui conte l’histoire d’un écrivain-nègre à succès chargé de terminer de rédiger la biographie d’un ex-Premier ministre britannique, a aussi remporté le prix du meilleur réalisateur, celui du meilleur acteur pour Ewan McGregor et celui du meilleur scénario, que Polanski partage avec Robert Harris. Le compositeur Alexandre Desplat et le décorateur Albrecht Konrad ont également été récompensés, respectivement pour la musique et les décors du film.
Créés en 1988 pour être le contrepoint européen des Oscars, les Prix du cinéma européen sont décernés chaque année alternativement à Berlin et dans d’autres capitales européennes. Son Académie, dont le siège est à Berlin, compte 2 300 membres du monde du cinéma, issus de tous les pays d’Europe.
Source: L’Orient Le Jour