Le Premier ministre à Paris pour rencontrer Sarkozy, Fillon et Alliot-Marie

Non classé

Par Élie MASBOUNGI | 30/11/2010

Arrivé hier à Paris, le Premier ministre Saad Hariri effectuera à partir d’aujourd’hui, mardi, une visite de trois jours en France à l’invitation du président Nicolas Sarkozy, invitation que lui avait transmise Bernard Kouchner, ancien ministre des AE lors de son dernier séjour au Liban, selon le Quai d’Orsay.

Une visite dont l’importance a été soulignée par des personnalités politiques et diplomatiques du fait de l’imminence, disent-ils, de la publication par le TSL de l’acte d’accusation relatif à l’assassinat de Rafic Hariri. Au programme : un déjeuner de travail avec le chef de l’État aujourd’hui à l’Élysée et un entretien avec le Premier ministre, François Fillon.

Une rencontre avec Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères et européennes, est également prévue, mais on n’en connaît pas pour l’instant le jour et l’heure, du fait que la ministre se trouve en Libye pour la conférence euro-africaine qui s’y déroule en ce moment.

L’intérêt que portent les responsables français à la visite de M. Hariri est teinté d’une vive préoccupation face à la tension croissante au Liban du fait de la parution de l’acte d’accusation du TSL. Des milieux diplomatiques arabes bien informés ont laissé entendre hier que ce document – qui serait déjà en phase de traduction – pourrait être rendu public lors de la présence du chef du gouvernement à Paris, ou au cours de la visite qu’il effectuera en Turquie à partir de jeudi. Ces milieux ainsi que des cercles parlementaires français indiquent que les entretiens du président Hariri en France seront axés en tout cas sur l’acte d’accusation et que les dirigeants français ne manqueraient pas de réaffirmer leur appui au TSL ainsi que leur soutien sans faille au gouvernement libanais à partir de la position traditionnelle française, qui est de se tenir aux côtés du pays du Cèdre en toute circonstance et de soutenir l’indépendance et la souveraineté du Liban.

Il s’agira lors de tous ces entretiens franco-libanais, dit-on au Quai d’Orsay, de faire le point sur les relations bilatérales dans divers domaines et de passer en revue la situation au Moyen-Orient.

Plus précisément, on apprend de bonne source à propos de l’audience et du déjeuner de l’Élysée, aujourd’hui, que Nicolas Sarkozy écoutera son hôte avec une attention d’autant plus particulière qu’il prendra connaissance de ses vues sur la crise libanaise actuelle, après avoir entendu deux autres sons de cloche : ceux du président de la Chambre Nabih Berry et du député Michel Aoun.

Après le chef du gouvernement, Paris continuera d’accueillir des responsables politiques locaux de tous bords, notamment l’ancien président de la République Amine Gemayel et le président du comité exécutif des Forces libanaises, Samir Geagea.

L’Élysée avait, on le sait, récemment fait savoir que la France veut être en contact avec toutes les parties libanaises pour qu’elle puisse aider efficacement le Liban à sortir de la crise actuelle.

Source: L’Orient Le Jour