L’orchestre philharmonique de Berlin revient, après 42 ans, dans le monde arabe

Non classé
11/11/2010
Sir Simon Rattle à la tête des plus prestigieux orchestres symphoniques au monde. (DR)
Sir Simon Rattle à la tête des plus prestigieux orchestres symphoniques au monde.

Musique Il y a 42 ans, il trônait sur le temple de Jupiter, au Festival de Baalbeck, sous la baguette de Herbert von Karajan. L’orchestre philharmonique de Berlin, dirigé par sir Simon Rattle, a joué mardi soir à Abou Dhabi, pour la première fois depuis 1968 dans un pays arabe…

Sous la baguette du chef d’orchestre britannique sir Simon Rattle, l’orchestre de 120 musiciens a présenté devant une salle comble, à l’Emirates Palace, l’hôtel le plus luxueux de la capitale, des œuvres de Joseph Haydn (1732-1809) et Johannes Brahms (1833-1897).

Il a également joué des morceaux d’Alban Berg (1885-1935) et du compositeur contemporain Brett Dean, qui faisait partie de l’orchestre philharmonique de Berlin, et a longuement été acclamé.

Cet orchestre, considéré comme l’un des plus prestigieux au monde, s’était également produit en 1975 à Téhéran, à l’époque du chah d’Iran.
Ce concert s’inscrit dans le cadre de la saison musicale d’Abou Dhabi, qui comprend également un concert du Staatskapelle de Berlin, conduit par Daniel Barenboim, le 28 janvier, et un concert du violoncelliste Yo-Yo Ma le 3 mars.

Abou Dhabi, la richissime capitale des Émirats arabes unis, tente de s’imposer comme pôle culturel dans la région du Golfe. Une exposition d’art moderne, «Abu Dhabi Art», s’y est tenue la semaine dernière, précédée en octobre par le Festival international du film d’Abou Dhabi.

L’émirat construit également le Guggenheim Abou Dhabi, un musée d’art contemporain dont l’inauguration est prévue en 2013 et qui fera partie d’un «district culturel» sur l’île de Saadiyat, au large de l’émirat, comprenant également une branche du musée français du Louvre.