L’acharnement contre les chrétiens d’Irak

Non classé
11/11/2010
Treize bombes et deux obus de mortier ont visé des maisons et des magasins appartenant à des chrétiens entre mardi soir et mercredi matin. Ali al-Saadi/AFP
Treize bombes et deux obus de mortier ont visé des maisons et des magasins appartenant à des chrétiens entre mardi soir et mercredi matin.
Terrorisme – En 24 heures, les chrétiens d’Irak ont été la cible d’une nouvelle série d’attaques qui ont fait six tués. Face à cet acharnement, le numéro 2 du Vatican a appelé Bagdad à protéger cette communauté dont les membres ne pensent plus qu’à fuir le pays.
Une nouvelle série d’attaques meurtrières a visé ces dernières 24 heures la communauté chrétienne à Bagdad, suscitant la panique des fidèles dont la majorité ne pense plus qu’à fuir le pays. « Depuis mardi soir, il y a eu 13 bombes et deux obus de mortier contre des maisons et des magasins appartenant à des chrétiens, qui ont fait au total six tués et 33 blessés », a indiqué une source au ministère de la Défense, en faisant également état d’une église endommagée. Mardi soir, trois maisons appartenant à des chrétiens dans le quartier de Mansour, dans l’ouest de la capitale irakienne, ont été la cible d’attentats, qui ont fait trois blessés, dont un enfant de quatre mois.
Le 31 octobre, 44 fidèles et deux prêtres ont péri dans le raid commis en pleine messe par un commando d’el-Qaëda dans la cathédrale Notre-Dame du Perpétuel Secours dans le quartier de Karrada dans le centre de Bagdad. C’est vers ce même édifice, qui porte toujours les stigmates du carnage, qu’ont convergé des familles paniquées. Dix jours seulement après le carnage, l’archevêque syrien-catholique Athanase Matti Shaba Matoka, jugeant « tragique » la situation des chrétiens en Irak, a estimé hier qu’il « serait criminel de la part de la communauté internationale de ne pas s’occuper de leur sécurité ». Le Conseil de sécurité de l’ONU, qui s’est dit « consterné », a condamné les violences antichrétiennes « dans les termes les plus fermes », selon son président en exercice, l’ambassadeur britannique à l’ONU Mark Lyall Grant. « Défendre les chrétiens d’Irak, ce n’est pas seulement une exigence morale, c’est aussi une nécessité politique. Attaquer les chrétiens d’Irak, c’est aussi attaquer la diversité, le pluralisme de la société irakienne, c’est le combat du fondamentalisme contre la démocratie. Les chrétiens d’Irak sont en première ligne dans ce combat », a ajouté l’ambassadeur de France à l’ONU Gérard Araud. À Rome, le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, a demandé à Bagdad de « prendre en sérieuse considération » le problème de la défense des chrétiens.
« Cela fait deux ans que ma femme tente de me persuader de quitter le pays, mais je n’étais pas d’accord. Aujourd’hui, je suis convaincu qu’elle a raison car je ne veux pas me sentir coupable s’il arrivait malheur à un de mes enfants », a affirmé à l’AFP Raëd Wissam, un ouvrier de 42 ans. Il dormait à son domicile du quartier de Dora (Sud) quand une puissante explosion l’a tiré de son sommeil tôt le matin. « J’ai couru sur le toit voir ce qui se passait et j’ai entendu trois autres explosions. Trois maisons de chrétiens venaient d’être visées », dit-il. Emmanuel Karim, un informaticien de 27 ans, se préparait lui à partir au travail à Bagdad quand une bombe a explosé visant la voiture de son oncle, tué pourtant le 31 octobre dans l’attaque de l’église. « Un quart d’heure plus tard, une seconde bombe a explosé, tuant un voisin qui essayait d’éteindre l’incendie de la voiture. Il était musulman, il était mon ami », a ajouté le jeune homme, décidé à quitter l’Irak. « On ne sait pas quel but poursuivent ces criminels, mais ce qui est certain, c’est que cela va pousser encore plus de chrétiens à émigrer », a déclaré le vicaire épiscopal syrien-catholique Mgr Pios Kasha.
Le 3 novembre, la branche irakienne d’el-Qaëda avait annoncé que d’autres attaques viseraient les chrétiens, après l’expiration de son ultimatum à l’Église copte d’Égypte pour libérer deux chrétiennes présentées comme « emprisonnées dans des monastères » pour s’être converties à l’islam.
Source: L’Orient Le Jour

One thought on “L’acharnement contre les chrétiens d’Irak

  1. Pingback: Tweets that mention L’acharnement contre les chrétiens d’Irak « Story of a Night Snail: une culture universail -- Topsy.com

Comments are closed.