À la libanaise

Non classé

04/11/2010 – Par Carine LADKI

Être belle et jeune est une obligation vitale pour la femmes libanaise. Toujours à la mode, elle déambule quotidiennement dans les souks, tirée à quatre épingles. Un corps équilibré et harmonieux est un « must have ». Le jeans leggings superslim, une blouse décolletée qui laisse apparaître des seins siliconés, des escarpins à talons superhauts, et au diable les maux de dos, c’est le style qui compte ! Qui veut être in’ se comporte in !

Son visage semble familier. C’est peut-être une médiatrice ou une dame de société. Mais non ! Elle est libanaise, et les Libanaises se ressemblent toutes. Les sourcils remplacés par un tatouage, un reste de nez, rescapé d’une rhinoplastie, les lèvres enflées et, bien sûr, une injection de botox en cas de besoin. C’est la vision de la femme libanaise la plus répandue de nos jours. Et on la voit partout.

Être Libanaise était toujours difficile mais jamais à ce point ! Une société basée entièrement sur les apparences est inhérente pour les uns et un casse-tête pour les autres. On n’a pas tous les moyens de piloter une Mercedes, de porter du Chanel et du Dior, de dîner dans les meilleurs restaurants, de siroter le meilleur vin français, d’assister aux défilés de grands couturiers. Devient-on marginal à cause de tous ces critères ? Qui a dressé ces règles virtuelles ? Doit-on vraiment les suivre pour bénéficier d’une place dans cette société ? Des sourires béats échangés, un caractère fiait de superficialtés, le plus souvent mal assumé – chacun se vante à sa façon… Béotiennes, cafardeuses, bavardes comme des pies, elles se mêlent des affaires des autres. L’échéance est leur seul rival ; elles doivent paraître toujours parfaites, au courant de « What is Hot and What is Not ». N’est-il pas dur de gérer une telle vie ?

Mon texte enfin entamé, j’enfile mon jeans, mon tee-shirt Mickey Mouse et mes baskets. Mes cheveux tirés en queue de cheval, simple, naturelle et joyeuse, je me lance dans la rue pour apprendre aux Libanais les vrais règles d’or d’une vie simplement libanaise

Carine LADKI