May Chidiac: blessée mais déterminée

Non classé
 
 

May Chidiac: blessée, mais déterminée

 

 

Il y a dix-huit mois, May Chidiac, journaliste vedette de la télévision libanaise, connue pour son franc-parler, est la cible d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth. Elle y laisse une jambe et une main, mais pas son obstination. Dans son livre, Le Ciel m’attendra… (éd. Florent Massot), qui sort jeudi 8 mars, elle raconte son combat pour reprendre son métier, et surtout sa vie de femme. Interview exclusive avant son arrivée à Paris.

 

Propos recueillis par Gaëlle Rolin

lefigaro.fr/madame : À la lecture de votre ouvrage, Le Ciel m’attendra, on a l’impression qu’en tant que femme, avant l’attentat, vous vous sentiez totalement à l’abri des attaques. Pensiez-vous vraiment qu’une femme, même journaliste, ne pouvait pas être une cible ?

May Chidiac : Je le croyais, oui. Même quand on évoque la guerre civile au Liban, bien que beaucoup de femmes soient tombées sous les obus, jamais aucune n’avait été touchée personnellement aussi violemment. À aucun moment, je n’ai cru quelqu’un capable de placer des explosifs sous le siège de ma voiture. À travers moi, mes agresseurs ont voulu faire passer un message au pays : c’est le Liban tout entier qu’ils ont voulu faire taire.

Votre livre-témoignage sort le 8 mars, la Journée internationale de la femme. Selon vous, les femmes sont-elles plus difficiles à faire taire que les hommes ?

Les femmes sont beaucoup plus courageuses qu’on ne le croit. Contrairement aux hommes, elles ont rarement de conflits d’intérêts et défendent leurs causes avec tous leurs moyens. Moi, je disais tout haut ce que personne n’osait dire, pas même mes collègues masculins !

À la fin du livre, on vous sent fragilisée, et par la situation au Liban, et par la difficulté de reprendre la vie au quotidien après un tel choc. Comment allez-vous aujourd’hui ?

Il y a des hauts et des bas. J’étais une femme extrêmement indépendante, et je me retrouve aujourd’hui complètement dépendante de ceux qui m’entourent. Avec une seule main, je ne peux pas enfiler ma prothèse toute seule. Je suis dépendante de l’électricité, capricieuse au Liban, pour charger ma prothèse de genou et pouvoir me tenir debout. Et si j’ai appris à accepter mon corps, c’est la partie sauvée de moi-même que je montre aux gens. L’image, dans le miroir, de ce corps qui a subi vingt et une interventions chirurgicales, est difficile à accepter. Et malgré le bonheur d’avoir repris mon métier de journaliste télé, il y a de nombreuses choses du quotidien qui me rendent la vie infernale. Et ce sont mes proches qui me supportent, dans ces moments-là, hors caméra.

Malgré cela, le souci de l’élégance revient souvent dans votre livre. Vous écrivez : « La mode m’a guérie des sacrifices de la guerre civile », vous qualifiez votre garde-robe de « garde-vie » et vous vous êtes battue avec les médecins pour pouvoir porter des talons avec votre prothèse. En quoi ces petites choses, qui peuvent sembler futiles, vous ont-elles aidée à remonter la pente ?

Elles m’ont aidée dans mon acharnement à reprendre une existence normale. Je suis une femme élégante, j’aime les talons hauts, j’aime la mode et je voulais montrer que je pouvais reprendre absolument le même rythme de vie. Comme avant, je continue à porter du rose. J’ai toujours eu des vêtements roses dans mon armoire, parce que c’est une couleur féminine et enfantine à la fois. Et ça me représente bien, parce que je me sens, encore aujourd’hui, femme jusqu’au bout des ongles, pleine de caractère et en même temps, très femme-enfant. Quand je sors, j’essaie de paraître la plus naturelle possible. Si je n’avais pas de canne, mon handicap passerait presque inaperçu ! Mon patron à la télé me dit souvent : « Si un Coréen, qui ne connaît pas ton histoire, te voit à l’écran, il ne se rend sûrement pas compte que tu as une prothèse à la place de la main ! » Être à nouveau à l’antenne, comme avant, c’est un défi que j’essaie de relever chaque jour.

La condition des femmes au Liban semble loin de vous satisfaire. Vous écrivez : « En Orient, une fille n’est pas tout à fait l’enfant qu’on attend », ou vous vous moquez du paradis vanté par les membres du Hezbollah, où l’on promet des vierges et des rivières de miel aux hommes, mais rien aux femmes ! En 2007, selon vous, sur quels terrains en particulier les femmes doivent-elles encore se battre ?

Il y a encore beaucoup de choses à faire au niveau de la religion. Toutes religions confondues, c’est l’homme qui assure le suivi, qui donne son nom… Au Liban, le divorce, par exemple, est interdit. Il n’y a pas de mariage civil. Pour se séparer, il faut obtenir l’annulation du mariage. Et c’est très compliqué… Je l’ai vécu moi-même en faisant annuler mon mariage, à l’âge de 20 ans. Et en cas de séparation, la femme ne peut garder ses enfants que jusqu’à l’âge de 7 ans. Ensuite, c’est le père qui obtient automatiquement leur garde. Je trouve ça scandaleux, je pense que des enfants ont besoin d’une mère pour grandir correctement. Autre exemple, en Arabie saoudite, les femmes ne peuvent passer leur permis ! Mais elles finiront par obtenir gain de cause. Même au pays des talibans, les choses évoluent. Quant au paradis du Hezbollah, on ne sait effectivement pas ce qu’il promet aux femmes, alors, une chose est sûre : nous devons trouver notre bonheur sur Terre !

Et dans le monde de la politique, la parité vous satisfait-elle ?

Au niveau politique, il n’y a pas vraiment d’égalité des sexes. Au Liban, aujourd’hui, il y a une seule femme ministre, et c’est une exception. En France, vous aurez peut-être bientôt une femme présidente, mais, pour l’instant, vous n’avez eu qu’une seule fois une femme Premier ministre ! Même un grand pays comme les États-Unis n’a jamais eu de présidente. Ça changera peut-être l’an prochain, si Hillary Clinton remporte les élections, ce qui serait une bonne chose.

Internet, vecteur de messages et de tendances, peut-il aider à cette émancipation de façon plus libre et plus large que les médias écrits et audiovisuels classiques ?

Ce n’est pas une lutte acharnée contre les hommes, dans laquelle les femmes auraient des handicaps à surmonter et devraient utiliser les médias pour mener leur bataille. D’un point de vue général, Internet a ouvert beaucoup de portes et conduit vers davantage de connaissances. Certains sites aident à comprendre le B.A BA des choses, et ça, c’est une réelle avancée. Mais si ces nouveaux médias peuvent aider à diffuser des messages, ils ne sont pas le moteur de l’émancipation des femmes. Le moteur est en nous. Le moteur, c’est nous.

Le Ciel m’attendra, de May Chidiac,
avec la collaboration d’Amal Moghaizel
(éd. Florent Massot), 18,90 €
   Sortie internationale le 8 mars  

Itinéraire d’une femme engagée

May Chidiac est « entrée en journalisme » à l’âge de 21 ans. L’expression n’est pas trop forte, compte tenu de la passion qu’elle voue à son métier et de sa volonté à l’exercer de manière intègre. À 25 ans, elle devient présentatrice du premier journal télévisé de la LBC, la principale chaîne libanaise arabophone.

À peine un an après l’attentat dont elle est victime, le 25 septembre 2005, elle reprend en juillet 2006 les rênes d’une émission politique sur la LBC, intitulée « Avec audace ». Depuis, elle présente à nouveau le journal télévisé. L’enquête sur ses agresseurs n’a, à ce jour, toujours pas donné d’éléments concrets.

May Chidiac a remporté le Prix mondial de la liberté de la presse Unesco/Guillaume Cano 2006, ainsi que celui du Courage en journalisme 2006 de l’International Women’s Media Foundation.

Source: Le Figaro/Madame
Paru le lundi 5 mars 2007