Affliction et révolte lors des obsèques de deux des victimes des attentats de Aïn Alak

Non classé
 
Affliction et révolte lors des obsèques de deux des victimes des attentats de Aïn Alak
 
Jet de pierres sur le cortège funèbre de Laurice Gemayel à Bickfaya : les Kataëb dénoncent et le PSNS dément
 
La tension continue de monter au Metn-Nord après le double attentat dans des bus de transports en commun au village de Aïn Alak mardi, qui a fait trois morts et plusieurs blessés. Hier, des témoins ont affirmé que, lors du passage du cercueil de l’une des victimes, Laurice Gemayel, dont on transportait la dépouille à son village natal de Aïn al-Touffaha, des partisans du Parti syrien national social (PSNS) ont lancé des pierres contre le cortège funèbre. L’incident a été fortement dénoncé par le parti Kataëb et démenti, plus tard dans la journée, par le PSNS.
Des témoins interrogés par la LBC ont cependant affirmé avoir essuyé des jets de pierre de la part d’individus rassemblés dans le bureau du PSNS sur la place principale de Bickfaya, assurant que ceux-ci les ont attaqués sans crier gare. « Nous étions en voiture et avons évité les pierres de justesse, explique un parent de la victime. Quand nous sommes descendus pour voir ce qui se passait, les partisans du PSNS nous ont couverts d’injures. » « Nous n’avons pas répondu parce que ce qui nous importe aujourd’hui, c’est d’enterrer nos morts, pas de nous occuper du PSNS dont nous avions oublié jusqu’à l’existence sur la place de Bickfaya, raconte un autre témoin. Mais cet irrespect envers la mort est en deçà de tout. Faut-il nous abriter avec des bâches pour passer par Bickfaya dorénavant ? »
Le bureau Kataëb de Aïn al-Touffaha confirme l’incident dans un communiqué, le qualifiant d’ « acte abject qui révèle un irrespect total envers la mort et qui va à l’encontre des règles les plus simples de moralité et d’humanité ». Et de conclure : « Même si les personnes qui suivaient le cortège funèbre ont gardé leur calme et n’ont pas réagi à ce comportement immoral, nous tenons cependant à ce que l’opinion publique en prenne connaissance et que les services de sécurité concernés mènent l’enquête nécessaire pour arrêter les agresseurs. »
Pour sa part, le PSNS a catégoriquement démenti l’incident et, en réponse au communiqué des Kataëb, a considéré que le texte était « fabriqué de toutes pièces et formé d’un tissu de calomnies, et nous le rangeons sous l’enseigne des prétextes servant de couverture à toute agression commise par des agités contre notre parti ». Le communiqué rappelle que « le siège du parti à Bickfaya a déjà été agressé par de tels éléments agités, et c’est cela que nous qualifions de comportement immoral ». Le PSNS réitère sa condamnation sans appel des attentats de mardi, soulignant que « la plupart des victimes sont affiliées au PSNS et au Courant patriotique libre alors que d’autres sont des proches du député Michel Murr, d’où le fait que l’exploitation mesquine de cette tragédie ne fera aucun bien à ceux qui la pratiquent ». Et d’ajouter : « Toutes les forces politiques et les partis devraient collaborer pour créer un environnement sain dans la région du Metn-Nord afin de couper la route aux criminels et aux fauteurs de troubles. »
Le vicaire patriarcal général, Mgr Roland Aboujaoudé, qui effectuait une tournée dans la région pour présenter ses condoléances aux familles des victimes et visiter les blessés dans les hôpitaux, a fait le commentaire suivant concernant l’incident : « C’est désolant. Les différentes parties politiques devraient laisser de côté leurs intérêts personnels en faveur de l’unité et de l’intérêt national. »

Messages du pape et du patriarche
Les obsèques de deux victimes des attentats de Aïn Alak, Laurice Gemayel, mère de famille, et Michel Attar, étudiant, ont eu lieu dans leurs villages respectifs de Aïn al-Touffaha et Beit Chaar, dans une atmosphère de douleur extrême. Mgr Aboujaoudé a présenté ses condoléances aux deux familles des martyrs, leur transmettant le message de condoléances du pape Benoît XVI (voir L’Orient-Le Jour du 15 février) et celui du patriarche maronite Nasrallah Sfeir.
À la question de savoir pourquoi, selon lui, les régions chrétiennes étaient visées par les actes terroristes, Mgr Aboujaoudé a estimé que « ce sont tous les Libanais qui sont visés, mais les attentats ont lieu malheureusement dans les régions chrétiennes et nous ne savons pas pourquoi ». Il a également rendu visite aux blessés dans les hôpitaux de Bhannès et Aboujaoudé, leur transmettant les vœux de guérison du pape et du patriarche.
Les obsèques du jeune Michel Attar ont eu lieu en l’église Saint-Michel à Beit Chaar, célébrées par Mgr Kamal Zeidane, représentant l’évêque Youssef Béchara. Le caïmacam du Metn, Marlène Haddad, représentait le Premier ministre Fouad Siniora, alors que le chef supérieur du parti Kataëb, Amine Gemayel, était représenté par son fils Sami Gemayel, et Patricia, veuve du ministre Pierre Gemayel, assassiné en novembre 2006. Le doyen de la faculté des sciences économiques et de la gestion de l’Université libanaise, deuxième branche, Samir Tannous, représentant le recteur Zouhair Chocor, a prononcé un mot aux obsèques de son étudiant, disant que « la nouvelle a eu l’effet d’une foudre » à l’université.
Même atmosphère de souffrance et d’affliction aux obsèques de Laurice Gemayel, célébrées par Mgr Nagib Hélou représentant l’évêque Youssef Béchara en l’église Saint-Georges à Aïn al-Touffaha, aidé du curé de la paroisse, le père Samir Mazloum. Les rubans blancs ornaient les rues allant du domicile de la défunte à l’église. Durant la messe, le caïmacam du Kesrouan, Raymond Hitti, représentait le Premier ministre, le président Amine Gemayel était représenté par son épouse Joyce Gemayel et le président du conseil des bureaux des Kataëb, Michel Mekattaf, et son épouse Nicole. Le responsable des Forces libanaises (FL) au Metn-Nord, Eddy Abillamah, était également présent.

 

Vendredi 16 Février 2007 | 5:00 | Beyrouth 

One thought on “Affliction et révolte lors des obsèques de deux des victimes des attentats de Aïn Alak

  1. Samy Gemayel appartient a une famille politique qui a beaucoup donne pour le Liban. Tout Libanais doit etre fier de cette famille qui a joue un role primordial et essentiel au niveau de la constitution et de le protection de l’identite Libanaise.Samy represente la jeunesse chretienne Libanaise, aujourd’hui le parti kataeb est en expansion avec lui.Ce parti Kataeb, qui a tant offert de martyrs pour proteger et preserver la souverainete du Liban, se retrouve muni d’un projet pour la renovation de la constitution Libanaise.Ce projet de reforme de la constitution, est base sur des analyses de l’histoire moderne du Liban, et offre un vision moderne d’un Etat decentralise politiquement.Le Liban est un pays multi-communautaire: plusieurs cultures constituent sa population mosaique. Afin de preserver ces cultures (et prevenir qu’elles n’entrent en conflit), une modification de la constitution dans un esprit d’harmonie entre ces differentes cultures, est plus que necessaire aujourd’hui.C’est dans cet esprit que se reconstruit le parti kataeb.

Comments are closed.