Soutien ferme de la ministre française de la Défense au gouvernement Siniora

Non classé
 
Coopération – Le réveillon d’Alliot-Marie au Liban avec les Casques bleus
 
Soutien ferme de la ministre française de la Défense au gouvernement Siniora
 
Venue réveillonner aux côtés des Casques bleus français déployés au Liban-Sud, la ministre française de la Défense Michèle Alliot-Marie a entamé samedi sa courte visite au Liban par un message politique fort, affirmant le soutien de la France au gouvernement « légitime » du Premier ministre Fouad Siniora.
«Ce gouvernement est issu des élections et a donc toute légitimité pour assurer la souveraineté du Liban », a martelé dimanche, lors d’un point de presse, la ministre à l’issue d’une rencontre avec M. Siniora.
Sous les fenêtres du Premier ministre, Mme Alliot-Marie a pu apercevoir le campement dressé par l’opposition.
« Il y a effectivement une crise politique », a constaté la ministre de la Défense qui a appelé de ses vœux « un État libanais fort, symbole de la capacité de servir ensemble des communautés diverses ».
« La stabilité du Liban, c’est aussi celle de la région et une contribution importante à la stabilité du monde », a-t-elle relevé.
Soulignant le soutien logistique et matériel apporté par la France à l’armée libanaise, à l’issue de sa rencontre avec son homologue libanais, Élias Murr, la ministre a rappelé aussi la tenue d’une conférence internationale des donateurs pour le Liban, le 25 janvier à Paris, afin de « ne pas ajouter une crise économique et sociale » à la crise politique.
Puis elle a entamé une rapide tournée des éléments français déployés sur le théâtre d’opérations libanais, se rendant en hélicoptère à bord de la frégate Surcouf qui mène une mission de surveillance des approches maritimes du Liban, avant de rejoindre Naqoura, quartier général de la Finul.
Mais le moment fort de cette visite de 48 heures devait être, dimanche soir, le réveillon du nouvel an avec les Casques bleus français de la Finul stationnés à Deir Kifa. Un réveillon au champagne, au son du tam-tam, alors que les soldats de la marine interprétaient une danse maorie des îles Marquises et que les artilleurs entonnaient des chants traditionnels.
La célébration du réveillon de la Saint-Sylvestre auprès de soldats français déployés à l’étranger est une tradition que Michèle Alliot-Marie a elle-même instaurée depuis qu’elle est au ministère de la Défense. Cette tradition l’avait menée en Afghanistan, en 2002 et 2004, en Côte d’Ivoire en 2003 et au large du sultanat de Oman, à bord de bâtiments de la marine nationale, l’an dernier.
À l’issue de cette étape, la ministre a jugé le nombre de Casques bleus, qui s’élève au total à 11 000 hommes, « suffisant pour venir en aide à l’armée libanaise », mettant en garde contre un sentiment de « saturation » des civils du Liban-Sud dans le cas d’un nombre plus important de Casques bleus.
Mme Alliot-Marie a par ailleurs indiqué que les Nations unies ont demandé à la France et à d’autres pays, dont le Danemark et le Canada, de déployer des drones au Liban-Sud pour améliorer les capacités d’observation de la Finul. Plusieurs drones de l’armée française sont déjà présents sur le sol libanais et attendent une décision définitive pour être employés. S’ils étaient mis en œuvre, ils pourraient participer à la surveillance d’éventuels trafics d’armes. De type SDTI et fabriqués par Sagem, ils sont équipés de deux caméras, l’une conventionnelle et la seconde infrarouge.
Mme Alliot-Marie a quitté le Liban sans avoir rencontré le président du Parlement Nabih Berry.
 

Mercredi 03 Janvier 2007 | 5:00 | Beyrouth