Le gouvernement pose la charpente de Paris III : « Une urgence et pas un luxe », prévient Siniora

Non classé
 
Les leaders de l’opposition se réunissent bientôt pour un nouveau plan d’action
 
Le gouvernement pose la charpente de Paris III : « Une urgence et pas un luxe », prévient Siniora
 
En rendant public, au cours de sa première conférence de presse de la nouvelle année, un programme exhaustif de réformes socio-économiques, c’est une véritable charpente que le Premier ministre, Fouad Siniora, a posée hier pour la conférence Paris III, qui « n’est plus un luxe mais un besoin pressant pour sauver l’économie et le pouvoir d’achat des Libanais ». Ce programme, dont on retiendra notamment le passage aux 36 heures pour les fonctionnaires, le recours à des sociétés internationales d’audit, l’augmentation à 12 % de la TVA en 2008 ou la privatisation des cellulaires au premier semestre 2007, sera présenté aux bailleurs de fonds le 25 janvier, à Paris.
Parallèlement à cet acte politique fort, l’opposition continue de privilégier l’immobilisme et d’évoquer l’escalade à venir ; ses leaders se réuniront bientôt pour un nouveau plan d’action. Ils ont également ignoré l’appel de Fouad Siniora à ne pas politiser ce programme, à l’instar de Michel Aoun, qui a souligné que la réussite de Paris III ne sera possible que grâce à un changement de cabinet.
Informations et article de Scarlett HADDAD

Mercredi 03 Janvier 2007 | 5:00 | Beyrouth
 


 
Le Premier ministre a tenu une conférence de presse au Sérail pour présenter le projet de réformes en prévision de Paris III
 
« Une seule solution, le retour au dialogue », affirme Siniora

 
Le Premier ministre, Fouad Siniora, a affirmé hier qu’il n’y avait d’autre solution que « de s’asseoir à une même table. Il faut s’asseoir tous ensemble et régler nos problèmes les uns avec les autres ». M. Siniora, qui s’est exprimé hier à l’issue de la conférence de presse donnée au Sérail à l’occasion de l’annonce du projet de réformes économiques, en prévision de la conférence de Paris III, a aussi fait part de sa vision de la situation. Il a ainsi souligné qu’il avait une « vision réaliste des choses, et je pense qu’il faut se pencher sur les intérêts du pays parce que la situation actuelle ne s’assainit pas. En fin de compte, tous les Libanais sont sur un même bateau et quel que soit le danger, tout le monde sera menacé. Aucune partie ne sera épargnée ». Il a précisé, dans une allusion à Paris III, qu’« il faut partir de ce point et profiter de la chance qui est offerte pour venir en aide au Liban ».
Répondant à une question ayant trait au budget, M. Siniora a souligné que « la situation actuelle est liée (aux erreurs) du passé, et c’est pour cela qu’il ne faut pas gaspiller la chance qui nous est offerte ».
Interrogé d’autre part sur son opinion concernant les velléités de l’opposition de passer à une phase supérieure dans son action contre le gouvernement, Fouad Siniora a indiqué que « couper les axes routiers n’est dans l’intérêt de personne. (…) Il y a une décision du gouvernement visant à garder toutes les routes ouvertes ». Et de poursuivre : « La vie va continuer et il n’y a d’autre solution que de s’asseoir autour d’une même table (…) et nous ne devons pas perdre de temps. » À propos de l’initiative du président de la Chambre, Nabih Berry, visant à former un cabinet de 10, dont quatre indépendants, le Premier ministre a déclaré que s’« il a été difficile de se mettre d’accord sur un ministre-roi parmi 30, comment va-t-on faire pour tomber d’accord sur quatre ministres à présent ? ». Sur le point de savoir si le secrétaire général de la Ligue arabe allait revenir à Beyrouth une nouvelle fois, M. Siniora a répondu : « Amr Moussa sera de retour », sans toutefois préciser de date.
Sur un autre plan, le Premier ministre a poursuivi ses contacts avec les responsables arabes et locaux pour leur présenter ses vœux.Il s’est ainsi entretenu par téléphone avec, notamment, le président de la République Émile Lahoud, le député du Kesrouan Michel Aoun, le président de la Chambre Nabih Berry.
Notons, enfin, que certaines sources ont affirmé en soirée que la visite du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, semblait désormais fortement compromise et que par conséquent son initiative semblait avoir été étouffée dans l’œuf.
 
Mercredi 03 Janvier 2007 | 5:00 | Beyrouth