À Beyrouth, le spectacle « J’aime la vie » a rassemblé 30 000 personnes

Non classé
 
Aucun accident de la route la nuit de la Saint-Sylvestre
 
À Beyrouth, le spectacle « J’aime la vie » a rassemblé 30 000 personnes
 
Leur année 2006 n’était pas bonne, mais malgré la guerre, les assassinats, le chômage et les sit-in qui paralysent la ville, les Libanais ont tenu à célébrer le Nouvel An comme chaque 31 décembre, en faisant la fête. Ils ont prouvé encore une fois que rien ne peut avoir raison de leur force et de leur volonté de vivre.
À Beyrouth, le ciel a brillé de mille feux durant 25 minutes pour marquer le Nouvel An. Et les images de la ville faisant la fête sont passées sur la quasi-totalité des chaînes internationales. C’est que la soirée organisée par la campagne « J’aime la vie » a rassemblé dans la nuit de dimanche à lundi, au BIEL, 30 000 personnes, selon des chiffres fournis par les FSI, les gendarmes ayant fait le décompte des individus qui se sont rendus de 20 heures à 3 heures au parc des expositions de Beyrouth.
La soirée a commencé avec Charbel Rouhana et Rony Barrak, suivis de Nawal el-Zogbhy. Les artistes Elham el-Madfaï, José Fernandez, Matemela (un groupe de danse sud-africain) se sont relayés sur la scène. Et puis, durant 25 minutes et jusqu’à minuit, l’assistance a eu droit à un spectacle son et lumière et à de merveilleux feux d’artifice.
Après minuit, Youri Mourakkadé et Ihab Toufic ont chanté. C’est ensuite les DJ Amadeus et Dr Dray qui ont chauffé le public.
Durant le concert, les images sur l’écran étaient assurées par le « visual jockey » du groupe U2, et lors du spectacle multimédia, la direction artistique a été prise en charge par Christian Bourret qui occupait le poste de directeur artistique auprès de Jean-Michel Jarre.
Préparé en deux semaines, le spectacle « J’aime la vie » a été une grande réussite. D’ailleurs, ce slogan sied comme un gant aux Libanais qui ont appris depuis longtemps à défier la mort et la guerre.
Par ailleurs, dans toutes les régions, les Libanais ont également fait la fête. Les restaurants, grâce à des réservations de dernière minute, ont affiché complet. Et vers 4 heures, la circulation était très dense sur les deux voies de l’autoroute maritime Beyrouth-Jounieh.
Signalons, enfin, qu’aucun accident de la route n’a été enregistré durant cette nuit de la Saint-Sylvestre.
 

Mercredi 03 Janvier 2007 | 5:00 | Beyrouth