Les Libanais ont prié pour la neige, elle est arrivée à bras raccourcis…

Non classé
 
Reprise de la tempête et du froid glacial dès le week-end prochain
 
Les Libanais ont prié pour la neige, elle est arrivée à bras raccourcis…
 
Cela faisait des jours, des semaines que tout le monde priait la neige et l’attendait : les enfants parce que Noël sans neige n’est pas Noël, les autres parce qu’il faut skier, les troisièmes parce que le réchauffement de la planète commence à inquiéter (presque) tout le monde. Eh bien, elle est arrivée la neige ; pire, elle s’est abattue à bras raccourcis aux quatre coins du Liban dès 500 m, avec son infini lot de problèmes : pluies diluviennes, vent glacial, éboulements, habitations, commerces et cultures parfois ravagés, routes impraticables, automobilistes bloqués, électricité coupée et, cerise sur ce mini-tsunami, un froid sibérien et des températures insensées, comme ce 5° enregistré à… Beyrouth. Et cela reprendra de plus belle dès le week-end, après une légère accalmie.
 

Jeudi 28 Décembre 2006 | 5:00 | Beyrouth
 

 
La tempête reprendra de plus belle ce week-end
 
Vent glacial, pluies diluviennes et chutes de neige à partir de 500 m
 
Après plusieurs semaines continues de soleil accompagnées de température particulièrement élevée pour la saison, l’hiver s’est subitement annoncé hier avec une tempête de pluie et de neige comme pour marquer la fin de l’année. Dès le matin, la montagne libanaise a revêtu son manteau royal, les chutes de neige ayant été observées à partir de 500 m.
Surpris par un changement de climat soudain, les Libanais ont sorti leurs vêtements épais pour se protéger du froid glacial qui a atteint même la capitale, avec 5 degrés en soirée à Beyrouth. Au paysage ensorcelant des sommets enneigés s’est vite substitué un spectacle de désolation dans certaines localités, notamment à Dahr el-Baïdar, à Rayfoun et dans certaines régions du Chouf où l’abondance des chutes de neige a pris au piège les automobilistes, bloqués dans leurs voitures pendant quelques heures. Des pluies diluviennes se sont également abattues, notamment à Maasser el-Chouf, provoquant des glissements de terrain et des éboulements. Les précipitations ont été particulièrement nocives dans les régions côtières, causant, comme chaque année, des dégâts aux habitations et aux commerces.
Selon les experts météorologiques, la tempête devrait se calmer quelque peu aujourd’hui, avant de reprendre de plus belle au cours du week-end.
Plusieurs routes ont ainsi été coupées à cause de la neige à partir de 900 m.
La route de Maasser el-Chouf – Kefraya a été définitivement coupée à la circulation.
Bloqués dans leurs voitures dès 16h 30 au col de Dahr el-Baïdar, les automobilistes ont dû attendre l’intervention des forces de l’ordre pour pouvoir rentrer chez eux. À Rayfoun, c’est le verglas qui a immobilisé les voitures ainsi qu’à Bécharré où les routes ont été coupées dans un sens, l’autre ne pouvant être pratiqué que par les véhicules équipés de chaînes.
À Hammana, une couche de près de 20 cm a recouvert les routes, et les bulldozers se sont mis à l’œuvre pour ouvrir le chemin et permettre aux retardataires de rentrer chez eux.
La tempête n’a pas épargné le Nord, où les flocons de neige se sont mêlés à la pluie qui a causé de véritables inondations à certains endroits. Au Akkar, un vent glacial a soufflé tout au long de la journée, accompagné de chutes de neige abondantes qui ont nécessité l’intervention de la Défense civile dépêchée sur les lieux pour ouvrir le passage devant les automobilistes. La route menant à Kammoua a été bloquée dès les premières heures de la tempête.
À Marjeyoun et Hasbaya, le brouillard a recouvert ciel et terre, rendant les routes impraticables. Mobilisées durant la journée pour débloquer les routes enneigées, les forces de la Finul n’ont pas chômé.
Plusieurs serres installées le long de la côte ont été endommagées ainsi que les produits agricoles qu’elles abritaient, des dommages qui s’annoncent en tous les cas assez lourds pour les agriculteurs.
 

Jeudi 28 Décembre 2006 | 5:00 | Beyrouth