Sfeir : Les manifestants ne doivent pas priver les gens de leurs moyens de subsistance

Non classé
 
Commission épiscopale pour assurer le suivi des constantes nationales
 
Sfeir : Les manifestants ne doivent pas priver les gens de leurs moyens de subsistance
 
Le patriarche maronite, Mgr Nasrallah Boutros Sfeir, a critiqué hier le sit-in organisé au centre-ville par l’opposition, soulignant que « partout dans le monde, voire dans les pays les plus civilisés, comme l’Italie par exemple, les manifestations sont bien définies dans le temps ». « Ils (les protestataires) viennent généralement le matin, repartent le soir, et ne privent pas les autres de leurs moyens de subsistance en les contraignant à fermer les portes de leurs commerces », a-t-il dit.
« Les manifestations sont un signe de démocratie à condition qu’elles n’empiètent pas sur le territoire des autres et ne portent pas atteinte à leurs libertés. »
Mgr Sfeir s’exprimait à l’issue de la rencontre avec la journaliste May Chidiac, venue lui exprimer ses vœux pour la fête de Noël et le remercier de son soutien durant son expérience douloureuse après la tentative d’assassinat qui l’avait visée.
Également parmi les visiteurs de Bkerké, l’ancien député Talal Meraabi, qui a tenu à exprimer son soutien à l’initiative lancée par le patriarche et les constantes nationales qui, selon lui, devraient être « globales » et ont intérêt à « être placées dans un même panier afin que soit mis un terme à nos souffrances ». « Ni l’opposition ni la majorité ne peuvent gagner seules (la bataille) », a-t-il indiqué, souhaitant une solution qui puisse assurer la participation de toutes les parties en présence.
C’est d’ailleurs dans cette perspective que le patriarche a désigné hier une commission épiscopale regroupant NN.SS Boulos Matar, Youssef Béchara et Samir Mazloum. Les trois évêques – qui ont contribué à la définition des constantes de Bkerké – auront pour mission de suivre de près ce dossier en procédant à la définition des priorités au sein des constantes nationales proposées. La commission sera également chargée d’œuvrer à aplanir les difficultés pour une prochaine réunion des leaders chrétiens, en définissant un pacte d’honneur que les dirigeants chrétiens sont appelés à contresigner avant même de se réunir à Bkerké.
 
Jeudi 21 Décembre 2006 | 5:00 | Beyrouth