L’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet est mort

Non classé
 
L’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet est mort
 
Augusto Pinochet, qui a dirigé le Chili de 1973 à 1990, est décédé dimanche à l’âge de 91 ans, une semaine après une attaque cardiaque. Sa dépouille sera transportée à l’Ecole militaire de Santiago, où sera installée une chapelle ardente, avant ses funérailles qui font déjà l’objet d’un intense débat.
 
Augusto Pinochet est mort dimanche, selon l’hôpital militaire de Santiago où il est soigné. L’ex-dictateur chilien est décédé à 14H15, heure locale, à la suite d’une déterioration de son état de santé, a indiqué le docteur Juan Ignacio Vergara. Augusto Pinochet a été frappé d’une crise cardiaque à 13H30 et est mort un quart d’heure apèrs, en dépit des soins prodigués par les médecins.

 

"Il est mort entouré par sa famille", a-t-il ajouté. Avant de mourir, le ‘général’ a reçu une nouvelle fois l’extrême onction, le sacrement catholique des malades. L’hôpital a déclaré qu’il donnerait de plus amples informations dans quelques heures. La semaine dernière, Augusto Pinochet avait été frappé de plein fouet par un infarctus du myocarde et un oedème pulmonaire. Il semblait depuis récupérer de façon satisfaisante.

 

Une chapelle ardente à l’Ecole militaire

 

Les Chiliens de Santiago sont spontanément descendus dans les rues de la ville pour "fêter" la disparition du dictateur. Sur internet, les réactions ne se sont pas faites attendre: "Qu’il brûle en enfer", clament de nombreux internautes sur chile.com. L’hôpital de Santiago a aussitôt été cerné par les forces de l’ordre, mais un petit groupe de partisans du dictateur a réussi à s’approcher de l’entrée du bâtiment, en criant "Longue Vie Pinochet" avant de chanter l’hymne national chilien. "C’est un véritable malheur. Un héros national est mort", déplore l’un d’eux. Malgré ses "années de plomb", Augusto Pinochet a gardé de nombreux supporters dans le pays.

 

La dépouille du défunt général sera transporté sous peu à l’Ecole militaire de Santiago, où sera installée une chapelle ardente, jusqu’à ses funérailles. Les honneurs qui seront rendus à Pinochet sont l’objet d’un intense débat. La présidente Michèle Bachelet, qui fût elle-même torturée, s’oppose à tout hommage national.

 

Pinochet échappe à la justice

 

Pinochet avait pris le pouvoir au Chili en 1973 durant un coup d’Etat militaire appuyé par la CIA américaine. Il était le dernier survivant des quatre chefs putchistes. Sous son régime, plus de 3.000 opposants sont morts ou ont disparu. Symbole d’une génération de dictateurs sud-américains, il était accusé d’innombrables violations des droits de l’homme, et était la cible de nombreuses procédures judiciaires de part le monde, auxquelles il aura finalement réussi à échapper.

 
Source: Le Figaro (avec AFP, AP, Reuters)
Publié le 10 décembre 2006