Amine Gemayel doute

Non classé
 
« Lahoud est chargé par la Syrie de torpiller le tribunal international »
 
Amine Gemayel possède des « indications timides » sur l’assassinat de son fils
 
L’ancien président de la République, Amine Gemayel, a indiqué posséder « quelques indications très timides » sur l’assassinat de son fils, estimant que le chef de l’État, Émile Lahoud, est chargé de torpiller à n’importe quel prix le tribunal international.
M. Gemayel a affirmé qu’il espérait que l’enquête permettrait de découvrir les coupables. Mais « il y a eu beaucoup d’assassinats » de personnalités antisyriennes au Liban « et nous n’avons pas pu connaître la vérité », a-t-il expliqué dans un entretien par téléphone à la radio française France Inter.
« Nous avons quelques indications très timides. Nous ne pouvons pas nous engager dans des spéculations. Il faudra attendre quelque temps avant de confirmer tout ça. Nous ne pouvons pas bâtir dessus, c’est trop prématuré », a-t-il ajouté. Il n’a pas fourni de détails sur ces éléments.
Interrogé sur une possible implication de la Syrie, M. Gemayel a expliqué : « Les Syriens ne sont pas des enfants de chœur. Leur registre est bien fourni dans ce domaine. Mais je ne voudrais pas lancer des accusations avant que l’enquête n’avance et que nous ayons des indications plus précises. »
Il a expliqué qu’il y avait dans le pays des factions « dont l’allégeance au Liban n’est pas totale » et qui « font le jeu des intérêts stratégiques de certains pays, la Syrie et l’Iran ».
« La Syrie a évacué militairement le Liban en 2005, mais a planté chez nous profondément des 5es colonnes qui servent » ses intérêts, a-t-il déclaré.
Le président Émile Lahoud « a été désigné et reconduit par la Syrie et joue le jeu de la Syrie », a ajouté M. Gemayel. La Syrie n’a aucun intérêt à ce que le tribunal international puisse voir le jour et « Lahoud est chargé de torpiller à n’importe quel prix » sa mise en place.
 
Lundi 27 Novembre 2006 | 5:00 | Beyrouth