Le chef de l’opposition britannique victime de « cybersquatteurs »

 
Le chef de l’opposition britannique victime de "cybersquatteurs"
 
LONDON (Reuters) – Faute de n’avoir pas protégé les noms de domaines internet proches de celui de son blog www.webcameron.org.uk, lancé à l’occasion du congrès du parti conservateur et destiné à séduire l’électorat jeune, le chef de l’opposition britannique David Cameron est désormais victime de "cybersquatteurs".

Les internautes se connectant par mégarde au site avoisinant www.webcameron.info, dont un petit parti politique rival, l’UKIP, s’est porté acquéreur, peuvent y voir des vidéos satiriques de Cameron, alors que ceux naviguant sur www.webcameron.com partent à l’autre bout du monde, à Melbourne, en Australie, pour une ballade dans l’univers poétique d’un jeune artiste méconnu, Cameron M. Semmens.

Le parti Conservateur a indiqué ne pas attacher d’importance à ce faux-pas. "Nous trouvons cela amusant et accueillons avec plaisir la publicité supplémentaire qui nous est offerte", a indiqué l’un de ses porte-parole.