Divorce pour incompatibilité d’odeur…

Quand Aliya s’est rendue dans un tribunal conjugal de Boulaq, au Caire, afin d’obtenir le divorce pour incompatibilité d’odeur avec son époux, Alich, les juges ne l’ont guère prise au sérieux. Mais quand Alich, un vendeur d’eau minérale, s’est présenté devant eux, rapportait samedi la presse, les juges, incommodés par ses miasmes, ont décidé de lever immédiatement l’audience de conciliation. Aliya a soutenu que son mari ne prenait une douche que deux fois par an, boycottant tout le reste de l’année la salle de bains, et bannissant l’usage du savon. L’affaire a été mise en délibéré.
 
Source: L’Orient Le Jour
Lundi 02 Octobre 2006 | 5:00 | Beyrouth