Avec le retrait des soldats israéliens du Sud, la page de l’offensive de juillet est tournée

Non classé
L’État hébreu maintient sa présence dans la partie libanaise de Ghajar
 
Avec le retrait des soldats israéliens du Sud, la page de l’offensive de juillet est tournée
 
Tel-Aviv met en garde contre un retour du Hezbollah à la frontière« Nul ne pourra empêcher l’entrée d’armes au Liban », affirme Assad
 
L’armée israélienne a évacué hier les dernières positions qu’elle occupait depuis plus de deux mois au Liban-Sud, dans des villages jouxtant la ligne bleue, tournant ainsi la page de l’offensive de juillet dernier. Sauf que les troupes de l’État hébreu ont maintenu une présence dans la partie libanaise de Ghajar, localité à cheval entre le Golan et le Liban-Sud.
La Force de l’ONU, qui a confirmé le retrait, a espéré l’évacuation de ce village par les troupes israéliennes dès cette semaine.
Aujourd’hui, l’armée libanaise devrait entamer son déploiement le long de la ligne bleue. Une cérémonie de lever de drapeau est même prévue à Ras Naqoura.
Cette application progressive de la 1701 n’a pas empêché le président syrien Bachar el-Assad d’affirmer qu’aucun déploiement militaire ne pourra contrer « la volonté d’introduire des armes de contrebande au Liban ».
Les Israéliens, quant à eux, ont lancé une nouvelle mise en garde contre le Hezbollah. S’il compte s’approcher de la frontière avec ses armes et reconstruire son infrastructure, Tel-Aviv « utilisera tous les moyens » pour l’en empêcher, a affirmé le chef d’état-major israélien, Dan Haloutz.
 


 
L’armée commence aujourd’hui son déploiement le long de la ligne bleue
 
Israël a quasiment évacué le Liban-Sud, tout en laissant la partie libanaise de Ghajar occupée
 
L’armée israélienne a quasiment achevé hier matin son retrait du Liban-Sud, où doivent à présent se déployer l’armée libanaise et la Finul, selon le cessez-le-feu qui a mis un terme à 34 jours de conflits entre Israël et la milice du Hezbollah. Plusieurs dizaines de militaires étaient encore dans le secteur ce week-end et Israël avait annoncé qu’il les rapatrierait avant le Yom Kippour, la fête la plus importante du calendrier liturgique juif, qui a débuté hier au coucher du soleil. Les Israéliens ont cependant gardé occupé le secteur libanais de Ghajar, zone qu’ils pourraient quitter cette semaine, selon les forces de l’ONU. En tout état de cause, l’armée libanaise entamera aujourd’hui son déploiement le long de la ligne bleue, dans les zones évacuées par Israël à Kfar Kila, Adayssé, Maroun el-Rass et Marouahine.
Le départ de quelque 200 soldats israéliens s’est déroulé sans incident dimanche, avant l’aube, selon l’armée israélienne, qui a précisé avoir gardé une position dans le secteur de Ghajar qui serait maintenu tant qu’un accord sur la sécurité ne serait pas trouvé avec les Casques bleus et l’armée libanaise. Un porte-parole militaire israélien a indiqué dans un communiqué que l’armée « continuera d’opérer dans le secteur de Ghajar », sans pour autant préciser le nombre de soldats qui se trouvaient encore dans le secteur, soulignant cependant qu’il ne s’agit pas d’un « nombre significatif de militaires ».
Israël a aussi l’intention de continuer à survoler le Liban tant que les deux soldats israéliens capturés par le Hezbollah n’auront pas été libérés et que la frontière entre le Liban et la Syrie ne serait pas fermée pour empêcher le trafic d’armes destinées aux combattants de la milice chiite, selon cette source israélienne.
De son côté, la Finul a confirmé le retrait des soldats israéliens, et le commandant en chef des Casques bleus, le général Alain Pellegrini, a espéré que les Israéliens quitteront dès cette « semaine » la zone de Ghajar.
« Des progrès significatifs ont été réalisés aujourd’hui », a commenté le général Pellegrini, cité dans un communiqué. « Je m’attends à ce que l’armée israélienne quitte la zone (de Ghajar) cette semaine, complétant ainsi son retrait dans le respect de la résolution 1701. »
« Le rôle de la Finul est d’apporter son assistance et d’aider à garantir l’intégrité territoriale du Liban », a conclu le général Pellegrini.
Pour sa part, l’armée libanaise commencera dès ce matin à se déployer tout le long de la ligne bleue, notamment à Kfar Kila, Adayssé, Maroun el-Rass et Marouahine. Une cérémonie de lever du drapeau, en présence du commandant en chef de l’armée, le général Michel Sleimane, est également prévue à Tallet el-Labbouné (Ras Naqoura) aujourd’hui, à 10 heures.
Sur le terrain, hier, dès 13 heures, au moment où ils ont officiellement pris en charge les zones évacuées, les Casques bleus appartenant aux contingents français, espagnol, ghanéen et indien ont commencé à patrouiller dans les zones évacuées, alors que des observateurs de l’Onust inspectaient diverses positions de la ligne bleue pour s’assurer du retrait israélien.
C’est donc dans la nuit de samedi à dimanche qu’Israël a entamé son retrait des dix positions qu’il occupait encore au Liban-Sud. Des chars et des soldats ont franchi aux premières heures le poste-frontière de Zarit. L’opération n’a duré que quelques heures, dans une discrétion bien plus grande que lors du retrait de 2000, après 22 années d’occupation du territoire libanais.
Les derniers soldats israéliens ont cadenassé derrière eux le poste-frontière de Zarit, situé à proximité du lieu où les miliciens du Hezbollah ont capturé deux soldats israéliens, le 12 juillet dernier.
Le retrait a commencé quand des unités de génie israéliennes ont traversé la frontière dans le secteur oriental. Des bulldozers et autres engins de terrassement ont regagné le territoire israélien.
Ce retrait est intervenu peu après que la radio publique israélienne ait fait état du feu vert du ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, au départ des troupes, dimanche.
La télévision publique israélienne avait auparavant indiqué que l’armée attendait le feu vert du ministre de la Défense pour entamer ce retrait « dans les prochaines heures » et qu’elle devrait avoir évacué dimanche, en début d’après-midi, les derniers secteurs qu’elle occupe au Liban-Sud.
Plus tôt, samedi matin, le Premier ministre, Fouad Siniora, avait été informé par le commandant de la Finul, le général Alain Pellegrini, que le retrait israélien serait achevé dimanche.
Rappelons que l’armée israélienne avait annoncé mercredi qu’elle suspendait son retrait et menacé d’avoir recours à la force en cas d’activités du Hezbollah.
Après l’arrêt des hostilités, le 14 août, les Israéliens avaient entamé un retrait progressif du Liban-Sud, en parallèle au déploiement de 15 000 soldats libanais et de la Finul renforcée, qui compte actuellement plus de 5 000 hommes.
 
 
Lundi 02 Octobre 2006 | 5:00 | Beyrouth