G8: une réunion de crise sur le Proche-Orient à Saint-Pétersbourg

Non classé
G8: une réunion de crise sur le Proche-Orient à Saint-Pétersbourg
 
15/07/2006 18h00
 

SAINT-PETERSBOURG (AFP) – La flambée de violence au Proche-Orient a transformé en une réunion de crise des grands de ce monde le sommet du G8, qui s’est ouvert samedi soir à Saint-Pétersbourg.

Les hôtes russes du sommet, mais pas seulement eux, ont souligné la gravité de la situation. Le ministre de la Défense Sergueï Ivanov a mis en garde contre "un risque réel" d’extension du conflit entre Israël et le Hezbollah au Liban à d’autres pays de la région.

Mêmes craintes côté britannique. "La situation est très grave, les implications sont très graves et nous devons nous en occuper de manière urgente", a indiqué un porte-parole de Tony Blair, à bord de l’avion qui amenait le Premier ministre à Saint-Pétersbourg.

"On ne doit pas se contenter de parler. Il faut établir un ordre du jour qui aide à faire baisser les tensions", a-t-il ajouté, en référence à la situation au Liban.

Et côté américain. "Il y a un risque d’escalade (du conflit) dans la région que nous voulons tous éviter", a déclaré le conseiller pour la sécurité nationale Stephen Hadley.

Le président français Jacques Chirac "attend du G8 une mobilisation de tous" pour obtenir une désescalade entre Israël et le Liban, a déclaré son porte-parole.

Cependant, on voyait difficilement, samedi soir, quelles mesures efficaces pourraient adopter les Huit pour mettre fin à la crise, au delà d’un appel pressant et solennel à la retenue.

De fait, l’appui marqué de Washington à Israël – dont plusieurs autres pays du G8 jugent l’action "disproportionnée" par rapport aux opérations du Hezbollah – semblait exclure une intervention plus énergique.

M. Hadley a indiqué que Washington chercherait à obtenir un texte commun du G8 condamnant le Hezbollah et le Hamas, ainsi que l’Iran et la Syrie, accusés de soutenir le mouvement chiite.

Les affrontements entre l’armée israélienne et le Hezbollah au Liban avaient déjà éclipsé partiellement les autres grands sujets lors des entretiens du président russe Vladimir Poutine et son homologue américain George W. Bush, arrivé en Russie avec 24 heures d’avance.

Les deux hommes ont appelé ensemble à la paix au Proche-Orient. "Nous partageons les mêmes préoccupations. Nous sommes inquiets de la violence. Les pertes de vies innocentes nous troublent. Le président Poutine comme moi souhaite un dialogue pacifique", a dit le dirigeant américain lors d’une conférence de presse conjointe.

Mais, derrière les formules diplomatiques, leurs divergences ont été patentes sur les risques d’embrasement au Proche-Orient.

Ainsi, M. Bush a martelé que la meilleure façon de mettre fin au conflit serait que le Hezbollah désarme et cesse d’attaquer Israël, tandis que M. Poutine a plaidé pour un recours à la force "proportionné" et dénoncé tant les enlèvements que "des attaques contre les territoires d’autres Etats", une formule incluant les frappes d’Israël au Liban.

Les deux présidents se sont affrontés par ailleurs sur la démocratie et n’ont pas réussi à faire adhérer la Russie à l’OMC avant le sommet du G8.

George W. Bush a tenu sa promesse de parler démocratie avec M. Poutine, mais il s’est avancé jusqu’à lui suggérer de s’inspirer de l’évolution récente de l’Irak, ce qui lui a valu une réplique cinglante du dirigeant russe.

"J’ai parlé de mon souhait de promouvoir les changements institutionnels dans certaines parties du monde, comme en Irak, où il y a une presse libre, la liberté de religion", a déclaré M. Bush. "Et je lui ai dit que beaucoup de gens dans mon pays aimeraient que la Russie fasse de même", a-t-il ajouté.

"Pour être francs, nous n’aimerions pas évidemment avoir une démocratie telle qu’en Irak", a riposté froidement M. Poutine, suscitant des rires approbateurs parmi les journalistes.

Outre les grands dossiers géopolitiques déjà ouverts par MM. Poutine et Bush, le G8 devrait se pencher sur la sécurité énergétique – un autre sujet épineux – et ceux, plus consensuels, de la lutte contre les maladies infectieuses et de l’éducation.

Samedi soir, le G8 a néanmoins commencé sur une note détendue, par un dîner informel dans le cadre somptueux du palais Konstantin, au bord de la Baltique.

 

Source: AFP