Saad Hariri : Quiconque a jeté une pierre sera châtié

Non classé
Le chef du Courant du futur dénonce des actes « initiés à Damas et exportés à Beyrouth »

 

Au cours d’une conférence organisée dans l’urgence hier à Paris, le chef du Courant du futur, Saad Hariri, a réclamé un châtiment exemplaire pour tous les émeutiers qui se sont rendus coupables d’actes de vandalisme lors de la manifestation visant les locaux administratifs du Danemark à Tabaris.
M. Hariri s’adressait aux journalistes dans ses bureaux de la rue Spontini.
« J’ai été choqué comme tous les musulmans par l’atteinte portée au prophète Mohammad. Je comprends la colère des croyants, mais je ne peux en aucun cas justifier les actes de violence et de déstabilisation initiés à Damas et exportés à Beyrouth », a-t-il déclaré.
« En ma qualité de chef du Courant du futur, j’appelle toutes les parties au calme et à la responsabilité. Il appartient à l’État libanais d’assurer la sécurité des citoyens et des biens, et de tout mettre en œuvre pour arrêter et traduire en justice cette minorité qui cherche à prendre avantage des dérives de quelques journaux libertaires pour porter atteinte aux valeurs de l’islam, de l’entente intercommunautaire et de la solidarité nationale », a-t-il dit.
« Nous vivons aujourd’hui une journée noire », a ajouté le chef du Courant du futur, estimant que le dérapage de cette manifestation, qui avait commencé dans le calme, est « une grave atteinte à l’islam » et qu’elle est « rejetée par tous les musulmans ». Cette atteinte à l’ordre public est « d’autant plus grave qu’elle se passe dans un pays qui défend les libertés et la démocratie », a-t-il dit.
Il a fait assumer aux chefs de la sécurité, « et en particulier au ministère de l’Intérieur », la responsabilité des violences commises aux abords du consulat danois, précisant que tout responsable n’ayant pas rempli son devoir devra être sanctionné.
« En tant que musulman et chef du Courant du futur, a encore dit M. Hariri, je peux vous assurer que nous ne laisserons aucun des manifestants ayant commis des actes de violence échapper à la justice. »
« Quiconque a lancé une pierre, incendié un véhicule ou saccagé des biens lors de cette manifestation sera retrouvé et condamné à des peines exemplaires », a-t-il lancé, promettant qu’il usera de « tous les moyens politiques disponibles, tant dans le cadre du gouvernement qu’à d’autres niveaux, pour que les coupables payent pour leurs actes, car le préjudice a été subi aussi bien par les chrétiens que par les musulmans ».
Évoquant l’arrestation de plusieurs émeutiers étrangers, M. Hariri s’est abstenu d’accuser nommément la Syrie d’être à l’origine de ces actes. Il a néanmoins ajouté qu’en cas de découverte d’une implication arabe ou étrangère, il faudra s’en remettre aux instances arabes et internationales pour que les responsabilités soient clairement définies.
Il a en outre souligné que les forces de l’ordre avaient opté entre deux manières d’agir, dont l’une consistait à réprimer la manifestation par la force, ce qui aurait fait couler du sang et aurait eu des conséquences incalculables, « puisque les fauteurs de troubles qui avaient infiltré les manifestants voulaient une effusion de sang ».

 

PARIS, de Élie MASBOUNGI

 

Source: L’ORIENT LE JOUR