Tuéni rejoint le cortège des martyrs de l’indépendance

Non classé

Le journaliste et député anti-Syrie Gébran Tuéni assassiné

 

"La parole libre, clamant l’indépendance et la souveraineté du Liban, le symbole du courage et de l’énergie pour les jeunes, celui qui a toujours défendu le peuple et la patrie, Gébran Tuéni, directeur général d’An-Nahar, a été assassiné ce lundi 12 décembre vers 9 heures du matin dans un attentat à la voiture piégée." Le quotidien beyrouthin An-Nahar ne cache pas son émotion et précise que "ce crime horrible a également fait des dizaines de victimes, morts ou blessés".

Par ailleurs, poursuit le quotidien, "le député Walid Joumblatt a rapidement réagi et pointé un doigt accusateur vers la Syrie". Les autorités syriennes ont pour leur part "vivement condamné cet attentat et en ont rejeté la responsabilité sur ‘les interventions étrangères’, en référence aux Etats-Unis et à la France [deux pays à l’origine des résolutions onusiennes exigeant le retrait des troupes de Damas du Liban et instituant une commission d’enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre, Rafic Hariri]", apprend-on sur le portail d’Elaph.

"Cet attentat survient quelques heures après que le juge allemand Detlev Mehlis a remis son rapport d’enquête au secrétaire général des Nations unies", relève Elaph. Quant au gouvernement libanais, il devrait tenir cet après-midi une réunion extraordinaire, alors que plusieurs ministres réclament l’instauration d’un tribunal international pour juger les crimes commis au Liban, poursuit Elaph.

"C’est le treizième attentat depuis celui qui a visé en février dernier l’ancien Premier ministre, Rafic Hariri. Le Liban encaisse les coups et son économie a à peine le temps de se redresser entre deux attentats", souligne Elaph. A noter que Gébran Tuéni a été élu pour la première fois député de Beyrouth lors des élections législatives de mai-juin, les premières après le retrait de l’armée syrienne du Liban, fin avril. Tuéni a toujours été farouchement opposé à la présence syrienne au Liban et ces derniers temps il a été un vigoureux partisan de la création d’un tribunal international pour juger les assassins de Rafic Hariri.

 

Source: www.courrierinternational.com