Le président assassiné Bachir Gemayel

Non classé

Leader politique libanais issu d’une importante famille maronite. Il fonde le parti des Forces Libanaises en 1970. Suite à l’invasion israélienne de juin 1982, il est élu président de la République. Il meurt dans un attentat avant de rentrer en fonction le 15 septembre 1982, perpétré par un membre du Parti socialiste national Syrien, vraisemblablement avec l’aval de la Syrie.

Intervention télévisée du Président Bachir Gemayel sur TF1.


Bachir Gemayel : damir wa terikh (1949-1982) – video promotion

Il a dit : quelques extraits de discours du Président Bachir Gemayel
 

"Je compte sur toi et sur vous tous, l’esprit doit être très pur, très propre, très fort, et très droit.
On continue…"

"Pourquoi ne confie-t-on pas le pouvoir systématiquement à des jeunes ? … C’est qu’on craint, peut-être, que manquant d’expérience, ils manquent de sagesse. Et cependant, la plupart des grandes réalisations nationales ont été accomplies par des hommes de moins de quarante ans. En fait, il s’avère qu’après de grands bouleversements, c’est souvent de tels hommes qui prennent en main le destin de la nation. Ceux-là ont été, il est vrai, mûris par l’épreuve."

(Août 1982)

« Nous ne devons compter que sur nous-mêmes … nous n’avons de complexes envers personne… nous savons ce que nous voulons, et nous sommes les seuls à le savoir… Nous n’acceptons des leçons de personne. Qu’ils viennent prendre de nous des leçons de courage ».

« Dans les moments de total dénuement, où livrés au bombardement sauvage de l’artillerie syrienne et palestinienne, sans armes, sans argent, sans amis, calomniés, vilipendés par les mass-médias et les chancelleries du monde entier, nous n’avons jamais, pas un seul instant douté de l’issue finale. Nous nous sentions pris par le vertige du joueur qui mise sur la totalité de ce qui lui reste, avec la ferme conviction que cette fois, il va gagner ».

« Notre espoir ne tenait pas seulement au jeu du hasard, mais à celui de la nécessité. Comment imaginer le Moyen-Orient sans le Liban ? Pour les peuples persécutés de la région, le Liban c’est le bout du tunnel, la lumière de la liberté. Arracher à ce monde-là cet ultime espoir, est un péché contre l’esprit ».

« A quoi aurait servi cette guerre et le sacrifice de cinq mille jeunes gens, si l’on ne réussissait à réaliser leurs aspirations et les nôtres » « On ne doit pas recommencer comme avant… Le Liban qui sortira de l’épreuve sera la nation exemplaire ou ne sera pas ».

« Un seul Liban, et non pas deux » « mais avec une seule tête et non pas deux ».

« La diversité n’a rien de dramatique, elle peut être source de richesse, donc de puissance ».
(2 avril 1982 à Beit Mery).

« Soyons une seule société libanaise avec sa double composante, musulmane et chrétienne. Nous voulons œuvrer pour tout le Liban, pour le Liban en son entier, non pas par des embrassades, des mensonges, des ruses réciproques ».

(Discours du 15 janvier 1982 Al Bustan, Beit-Méry)

« Chacun sera traité suivant sa compétence, son expérience, ses possibilités et son dévouement. Ce n’est pas parce qu’un tel est partisan d’un tel qu’on en fera un chef, alors qu’un autre, sans appui, reste inutilisé. « The right man in the right place », c’est là l’un de mes rêves. Dieu seul sait combien le pays a besoin aujourd’hui d’une bonne administration ».

(Extrait diffusé par Radio Liban Libre le 4 octobre 1982)

« Le Liban fort, c’est un Liban fort de sa démocratie, de sa liberté, de toutes ses institutions … Un Liban qui pourra assurer à chaque citoyen vivant sur son sol, sécurité, liberté et égalité ».

(24 juillet 1982 devant le parlement)

« Lorsque nous disons la vérité telle qu’elle est, nous oeuvrons à transformer, à améliorer la situation, à éviter les fausses manœuvres. Mais quand nous déformons la vérité, nous risquons d’induire les gens en erreur. Tâchez d’épargner cela au pouvoir de peur que, par votre silence, il continue dans la même voie en s’écartant de la réalité telle qu’elle est. Le pouvoir a besoin qu’on lui dise la vérité ».

(Extrait diffusé par Radio du Liban libre le 1er octobre 1982)

« Le fil du mensonge ne tire pas long, il faut bien se mettre en tête, que tant que cette mentalité prédomine, il n’y aura pas de salut …
Il n’y aura pas de salut ».

(Discours du 7 mars 1982 à Jbeil)

« La Résistance, c’est eux. Le Liban leur est redevable de sa survie ».

« Le Liban, est pour tous ses fils, chacun doit pouvoir y vivre en toute sécurité et liberté sans que tous les cinq et dix ans, chaque fois que pointe un nouveau Abdel-Nasser ou apparaît un nouveau leader dans le monde arabe, nous sentions notre vie en danger ».
(Discours du 12 janvier 1982)

« L’avenir du Liban dépend de sa capacité à demeurer spécifique, c’est à dire supérieur, cette supériorité est liée à son tour à la capacité du Libanais de jouer le rôle de pionnier dans les domaines scientifique et technologique, rôle qui nous incombe comme un devoir ».

(Discours pour la fête du travail du 1er mai 1982)

« Nous avons hérité d’une mentalité et d’un régime qui sont encore les nôtres, et d’une logique que nous continuons à utiliser. Il serait aberrant qu’après cent mille morts nous persistons à suivre les mêmes chemins qui nous ont conduits jusque là ».

(Discours pour la fête des enseignants le 13 mars 1982)

« Nous sommes aujourd’hui à la veille de rompre avec quatre cents ans d’occupation ottomane, nous vivons une étape qui requiert de nous une révision de tout ce qui a été fait durant ces quatre cents ans, et durant les quarante années d’indépendance jusqu’à nos jours ».

(Discours pour la fête des enseignants le 13 mars 1982)

« Nous sommes trop respectueux de la liberté et de la dignité de l’homme pour céder à la tentation totalitaire. En fait, ce pays a besoin d’organisateurs, et non de prophètes ».

(Politique Internationale No 15 été 1982 page 123)

« De chez nous repartira un jour le renouveau de l’Occident chrétien. Notre démesure (comme on dit de nous en Occident) n’a d’égal que la foi inébranlable que nous avons dans notre destin et notre farouche détermination à demeurer libres. Tel est le sens profond de notre combat. Et c’est pourquoi, loin d’être par rapport à la chrétienté d’Occident, une dernière Byzance, comme on dit quelquefois, nous avons le sentiment d’être pour l’âme occidentale sa « nouvelle Jérusalem ».

(Le Monde 22 mai 1979)

« Les catastrophes et les ruines viendront ; le désordre triomphera, mais de temps en temps l’ordre aussi. La paix s’installera de nouveau entre deux périodes de guerre ; les mots de liberté, d’humanité, de justice retrouveront ça et à le sens que nous avons tenté de leur donner … quelques hommes penseront, travailleront et sentiront comme nous : j’ose compter sur ces continuateurs placés à intervalles irréguliers le long de siècles, sur cette intermittente immortalité. Si les barbares s’emparent jamais de l’empire du monde, ils seront forcés d’adopter certaines de nos méthodes ; ils finiront par nous ressembler ».

(Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar)
 

MORE on the Website of  :

Discours (audio) de l’ancien ministre, le professeur Salim Jahel
Intervention télévisée du Président Bachir Gemayel sur TF1.
Quelques éditoriaux.
Des « petites » phrases pour une grande histoire.
L’interview de Bachir Gemayel dans Le Monde du 18 Aout 1982.
L’entretien avec Bachir Gemayel dans "Politique Internationale".
Les interventions de Bachir Gemayel lors de la Conférence internationale de solidarité avec le Liban – 2 avril 1982 (Partie 1; Partie 2; Partie 3)
Quelques interviews avec son fils Nadim (Orient; Magazine).
Les publications sur la vie de Bachir Gemayel.
Discours audio de Bachir Gemayel à une délégation francaise sur l’unité du Liban
Discours audio de Nadim Gemayel à l’occasion d’une cérémonie pour l’indépendance et la souveraineté du Liban et en soutien à « Intifadit el Esteklal », à Ottawa.

4 thoughts on “Le président assassiné Bachir Gemayel

  1. salut je sui tombé par hasard sur ton blog é je ne l’ai pas regretté.c’est un des blogs qui m’a le plus marqué sincereman il é magnifique .bonne continuation a toi é a bientot …salut

  2. Salut je suis tmobé par hasard sur ton blog et franchement c’est saisissant.Je n’ais pas regrtté d’avoir continué plus loin la découverte de ce blog,en vertu de quoi je te souhaite bonne continuation à toi et à bientôt!!!

  3. Mon idole . Cheikh Bachir etait un vrai leader , un vrai homme d’état . Il vit dans le coeur de chaque patriote , chaque amoureux du Liban , comme toi , moi et beaucoup de Libanais . Je trouve que tu devrais ajouter cette phrase : " nous sommes les anges et les demons de cet orient , brulez nous les doigts , nous brulerons l’orient … " , elle est tres significative .Je voulais te dire aussi que le nouveau forum officiel des Forces Libanaises est http://www.lebforces.org .J’adore ton site , il est superbe , surtout la partie Forces Libanaises . Merci beaucoup , c’est grace a des personnes comme toi que nous batirons une vraie patrie .

Comments are closed.